Alliances électorales : ça bouge dans la MP, l’AFDC se démarque du PPRD

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Majorité présidentielle n’est pas à l’abri des alliances électorales qui bousculent le jeu politique congolais. A neuf mois des élections de décembre 2018, des lignes bougent de part et d’autre. Au sein de la famille politique du chef de l’Etat, l’AFDC de Modeste Bahati, actuel ministre d’Etat en charge du Plan, vient de prendre ses distances vis-à-vis du parti présidentiel, le PPRD, par la création d’une plateforme électorale qui se veut aussi « une grande composante politique ».

F.K.

A neuf mois des élections de décembre 2018, ça bouge dans tous les sens au sein de différents états-majors des partis et regroupements politiques. La Majorité présidentielle n’est pas non plus épargnée. Contre la volonté du parti présidentiel, le PPRD, de prendre le devant sur tous les partis de la MP, l’AFDC (Alliance des Forces Démocratiques du Changement) de Modeste Bahati Lukwebo a choisi de faire cavalier seul. Aux élections de décembre 2018, l’AFDC s’est entourée d’une dizaine d’autres partis en vue de la mise en œuvre d’un bloc électoral, totalement éloigné du PPRD. Après l’AFDC, d’autres partis de la MP nourrissent les mêmes ambitions. Un isolément du PPRD au sein de la MP n’est plus exclu.

Ils ont voulu le seuil de représentativité aux législatives nationales et provinciales, ils ont finalement été servis, après le vote au Parlement de la loi électorale révisée. Mais, ils n’ont pas imaginé les conséquences qui pourraient en découler. Au sein de la Majorité présidentielle, des lignes bougent. Et non des moindres.

Au départ, le PPRD, première force politique de la MP, aurait voulu que tous les partis s’alignent derrière lui. Mais, la dynamique du terrain a fini par ramener sur terre le parti présidentiel. Entre le PPRD et l’AFDC de Modeste Bahati Lukwebo, on assiste depuis un temps à une guerre de tranchées. Deuxième force politique de la MP, l’AFDC n’a jamais accepté de faire allégeance au PPRD. Bien sûr, on est encore loin du divorce entre les deux têtes d’affiche de la MP. Le plus évident est que l’AFDC de Bahati Lukwebo a décidé de prendre ses distances. C’est le samedi 16 mars 2018 que tout a été formalisé, avec la création de la plateforme électorale, AFDC et alliés.

Redistribution des cartes

Autour de Bahati, une dizaine de partis politiques et personnalités lui ont apporté son soutien en vue de prochaines élections. Si cette nouvelle plateforme se reconnaît toujours en « harmonie » avec la Majorité présidentielle, elle se fixe l’ambition de constituer tant au niveau national, provincial que local un « groupe parlementaire fort ». Parmi ses objectifs, elle vise également à « créer une autorité de gestion des ambitions dans la répartition des responsabilités publiques tant au niveau du gouvernement qu’au Parlement selon le poids politique de chaque membre au regard des sièges obtenus et en tenant compte de personnalités indépendantes.

Au-delà du simple jeu électoral, la plateforme qui s’est formée autour de l’AFDC de Bahati entend « constituer une grande composante politique et une force électorale incontournable, en vue de sauvegarder les intérêts politiques et électoraux des parties signataires.

D’ores et déjà, les parties signataires de l’acte de création de la plateforme électorale, AFDC et alliés, se sont engagées à présenter une « une seule liste électorale » aux prochaines législatives. Toujours est-il que cette plateforme reste toujours attachée aux acquis de la Majorité présidentielle, dont elle promet d’ailleurs de consolider les acquis.

C’est dire qu’entre Modeste Bahati et la MP, l’heure n’est pas encore au divorce. Ce n’est pas à l’ordre, clame-t-on dans l’entourage du tout nouveau président de la plateforme AFDC et alliés. Néanmoins, il faut reconnaître qu’en créant cette plateforme électorale, Modeste Bahati a fait montre d’un courage que nul autre n’a fait preuve, à ce jour au sein de la MP. Désormais, entre le PPRD, première force politique de la MP, et l’AFDC, son dauphin, il y a une nette ligne de démarcation.

En tout cas, pour les élections de décembre 2018, Modeste Bahati fera cavalier seul, avec à ses côtés, ses alliés regroupés au sein de la nouvelle plateforme électorale. Car, loin d’être une simple plateforme électorale, l’AFDC et alliés se veut aussi « une grande composante politique » dont les ambitions s’étendent à tous les échelons de la vie politique tant national, provincial que local. C’est l’objectif clairement exprimé dans l’article 2 du protocole d’accord signé le 17 mars 2018 à Kinshasa.

Peut-on dès lors envisager une probable candidature de Modeste Bahati à la présidentielle de décembre 2018. A l’AFDC, on indique que la question n’est pas encore à l’ordre du jour. Toujours est-il qu’au sein de la MP, des lignes bougent. L’AFDC a donné le ton. Sans doute d’autres partis ou regroupements de la MP ne manqueraient pas de lui emboiter le pas.

A noter que le nouveau regroupement, dont l’autorité morale et la présidence a été confiée à Modeste Bahati Lukwebo, compte trois organes, à savoir la conférence des présidents de partis membres et des personnalités ; le bureau exécutif ; et le secrétaire permanent.

Auteur de l’article : Administration