Sagesse chinoise

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ecrit par Ben-Clet

Lao-Tseu (570-490 av. J.-C.)

  1. Le bon chef de guerre s’arrête dès qu’il a atteint son but, la victoire. Il n’en profite pas pour imposer sa force. S’il est victorieux, il n’est ni orgueilleux, ni vaniteux, ni vantard.
  2. Celui qui excelle ne discute pas, il maîtrise sa science et se tait.
  3. Connaître les autres, c’est sagesse. Se connaître soi-même, c’est sagesse supérieure. Imposer sa volonté aux autres, c’est force. Se l’imposer à soi-même, c’est force supérieure.

Confucius (v.550-480 av. J.-C.)

  1. On peut enlever un général à son armée, mais non à un homme sa volonté.
  2. On doit soigner l’extérieur comme l’intérieur. Une peau de tigre et de léopard ne se distingue pas d’une peau de chien ou de brebis, si le poil en est raclé.
  3. Il faut répondre au mal par la rectitude, au bien par le bien.
  4. Y a-t-il un précepte qui puisse guider l’action de toute une vie ? Aimer. Ce qu’on ne désire pas pour soi, ne pas le faire à autrui.
  5. Celui qui le matin a compris les enseignements de la sagesse, le soir peut mourir content.
  6. Celui qui gouverne un peuple en lui donnant de bons exemples est comme l’étoile polaire, qui demeure immobile pendant que toutes les autres se meuvent autour d’elle.

K’iu Yuan (IV-III siècle av. J.-C.)

  1. Les sages et les probes s’attirent la haine, mais l’on aime les hommes qui s’agitent. En rangs pressés, ceux-ci chaque jour voient le prince ; mais les sages, plus ils sont purs et plus on les écarte.

Mao Tsé-Toung(1893-1976)

  1. L’armement est un facteur important mais non décisif dans la guerre … L’homme, non l’armement, est le facteur décisif.
  2. La politique est une guerre sans effusion de sang, et la guerre une politique avec effusion de sang.

Auteur de l’article : ntambwe