Une quantité importante d’ivoire d’éléphant saisie en RDC entre janvier et mars 2018

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Écrit par Environews-rdc

Au total 3 saisies d’ivoire d’éléphant ont été réalisées en RDC entre janvier et mars 2018 par l’ICCN et ses partenaires, avec le concours de la Police nationale congolaise et des services douanières de la République démocratique du Congo.

Après la fermeture du célèbre marché Bikeko à Kinshasa en avril 2017, et des actions conséquentes des deux années précédentes, les autorités congolaises, ont continué à maintenir les efforts afin d’éradiquer le commerce de l’ivoire d’éléphant dans le pays.

Ivoire RDC. Crédit /UICN

Deux opérations coups de poing ont été menées les vendredis 09 et 16 février 2018 à Kinshasa dans les communes de Kinshasa et de Barumbu.

Celles-ci ont permis d’arrêter 6 trafiquants et artisans des produits de la faune dont de l’ivoire d’éléphant et d’autres spécimens intégralement protégées et non-protégés. Des colis de près d’une vingtaine de kilos ont été saisis. Ceux-ci contenaient des produits en ivoire mélangés avec d’autres spécimens dont des os de bœuf (une des techniques de dissimilation).

Face à la difficulté d’identification des spécimens au niveau de la Police Nationale Congolaise (IPKIN), l’expertise de l’ICCN a été requise afin de pouvoir déterminer les spécimens en présence. Sur base d’un échantillon, le médecin vétérinaire de l’ICCN a établi clairement que les colis saisis contiennent notamment de l’ivoire d’éléphant.

En effet, on peut retenir de sa conclusion (voir le rapport ci-annexé): «…le colis saisi est constitué: d’une part, des pièces sculptées provenant de l’ivoire d’éléphant et, d’autre part, quelques pièces d’une espèce animale non-protégée ».

Une opération similaire a été menée le mercredi 14 mars 2018 à Goma dans la partie Est de la RDC. Celle-ci a permis d’arrêter 3 trafiquants et de saisir un colis de 10 kg d’ivoires composé de 8 kg d’ivoires bruts et 2 kg d’ivoires travaillés (bracelets, colliers, statuettes…).

La Police nationale congolaise, l’ICCN, les autorités provinciales et judiciaires de la province du Nord-Kivu se sont mobilisées pour obtenir ce résultat.

Pas plus tard que le jeudi 15 mars, les services des Douanes de l’aéroport international de N’djili, en collaboration avec les autres services aéroportuaires, ont mis la main sur une quantité importante d’ivoire travaillé dissimulée dans une carcasse de radio.

Le colis appartenant à une dame qui s’apprêtait à embarquer sur le vol de Kenya Airways pour Dubaï aux Emirats Arabes Unis.

Ce commerce, rappelons-le, est interdit par la législation congolaise notamment la loi n°14/003 du 11 février 2014 relative à la conservation et l’arrêté ministériel n°020/CAB/MIN/ECN-EF/2006 du 20 mai 2006 portant agrément de la liste des espèces animales protégées RDC).

Toutes ces opérations ont été réalisées avec l’appui technique et financier de WWF avec notamment les fonds de l’USAID via son programme CAFEC (Central Africa Forest Ecosystem Conservation).

Auteur de l’article : ntambwe