Dédoublement de l’UDPS : Félix Tshisekedi triomphe au CNSA

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini l’épilogue autour du dédoublement de l’Udps (Union pour la démocratie et le progrès social) de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Mort en février 2017 à Bruxelles, le Cnsa (Conseil national de suivi et d’évaluation de l’accord du 31 décembre 2016) a choisi la voie de la raison en évitant de dépecer le seul héritage politique de Tshisekedi, c’est-à-dire l’Udps.

Au terme d’une réunion marathon, hier jeudi, le Cnsa a opté finalement de ne reconnaitre que la branche de l’UDPS qui siège à Limete sous la direction de Jean-Marc Kabund. C’est donc un triomphe pour Félix Tshisekedi, celui-là qui se prépare à prendre les commandes du parti, au terme du congrès qui se tient les 30 et 31 mars à Kinshasa. C’est aussi un camouflet pour tous ceux qui, à l’instar de Bruno Tshibala et Valentin Mubake, avaient juré de précipiter la mort de ce parti historique de la RDC.

La décision du Cnsa enterre une polémique qui s’est récemment déportée vers les cours et tribunaux, sur base d’une action judiciaire initiée par Tharcisse Loseke, qui se réclame président de l’aile dissidente conduite par Bruno Tshibala.

Le Cnsa n’a donc pas voulu trahir la mémoire d’Etienne Tshisekedi. A défaut de solliciter une réintégration dans l’Udps, les frondeurs tels que Bruno Tshibala, Valentin Mubake ont été priés de « créer un nouveau parti et se choisir une autre dénomination qui ne prête pas à confusion ».

Que retenir de cette décision du Cnsa ? Les frondeurs de l’Udps viennent de se faire débouter de la plus belle manière. Cela après avoir flirté avec le pouvoir qui les avait assurés de son accompagnement pour déstabiliser l’Udps. La majorité au pouvoir, s’appuyant sur le Cnsa, a évité de créer une autre crise qui aurait l’inconvénient d’envenimer davantage la crise politique, à moins de neuf mois des élections. Politiquement, la décision du Cnsa consacre la « démonétisation » politique de la bande à Bruno Tshibala et consorts. Leur mort politique est donc assurée, à moins que, comme le suggère le Cnsa, qu’ils aient le courage de se repentir en sollicitant une probable réintégration. C’est qui reste encore incertain, vu tout le mal qu’ils ont causé au parti.

Ce que la bande à Tshibala a ignoré c’est que l’Udps a été toujours combattue mais jamais abattue. Personne n’a réussi à faire disparaître l’Udps dont l’histoire reste confondue à celle de l’avènement de la démocratie au Congo-Zaïre. Ils n’avaient qu’à interroger l’histoire pour se rendre compte qu’il y a eu plus grands et plus costauds qu’eux : Fréderic Kibassa Maliba, Faustin Birindwa, Marcel Lihau, etc.

Ouf de soulagement du côté de Limeté où finalement s’ouvre ce vendredi le congrès de l’Udps. En toute sérénité, l’impérium du parti ayant été récupéré. Justice a été faite. Sans doute, Félix Tshisekedi devrait-il hériter de la présidence de ce parti pour faire porter haut la voix de l’Udps aux élections de décembre 2018.

 

Le Potentiel