Capitaine inculte

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ecrit par Ben-Clet

Le 25 mars 2018, c’était un dimanche des rameaux, habituellement célébré avec ferveur par l’Église universelle. Pour la première fois au village des Bakwa Mbumba, à quelque 60 km de Lusambo, chef-lieu de la province du Sankuru, les chrétiens ont été «priés» par un capitaine de la Police nationale congolaise d’aller prier ailleurs que dans leur église.

Pour justifier son ordre, l’inculte agent du désordre a prévenu les chrétiens que leur procession du dimanche des rameaux constituait «une violation de la mesure [politico-administrative, NDLR] portant interdiction des marches et de toutes les manifestations publiques» en RDC.

La carte de la province du Sankuru

Comme bonus, le zélé capitaine a osé encercler l’église du village tout en menaçant de «tirer» si les «batomboki ya mandalála» n’obtempéraient pas immédiatement à son injonction. Excès de zèle, analphabétisme ou antichristianisme ? Seul un supérieur hiérarchique pourrait éclairer notre lanterne.

C’est ce qu’a fait le commissaire provincial de la PNC à Lusambo. Interpellé par le curé de la paroisse St Antoine, il a enjoint au policier fanatique de «laisser les chrétiens des Bakwa Mbumba prier dans la paix», en commémorant comme partout dans le monde chrétien l’entrée triomphale de Jésus à Nazareth.

Le 25 mars, c’était le dimanche des rameaux. Il y a eu, selon le commissaire supérieur, «incompréhension» dans le chef du capitaine. Aujourd’hui, c’est le Vendredi Saint avec son chemin de la croix. Cette fois, tous les capitaines de la PNC ont-ils reçu l’ordre d’interdire le chemin de la croix sur toute l’étendue du territoire ? Les réseaux sociaux répondront avant minuit.