Congrès de l’Udps : cap sur l’unité du parti

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Écrit par P.M.

Environ mille délégués participent au Congrès de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Les travaux débutés hier au siège du parti à Limete, se clôturent ce samedi 31 mars avec l’élection du remplaçant du feu président Étienne Tshisekedi. Le maintien de l’unité du parti est un enjeu à préserver. Le secrétaire général du parti, Jean-Marc Kabund, l’a rappelé dans son discours d’ouverture des travaux.C’est ce samedi 31 mars que sera connu le successeur de feu Étienne Tshisekedi. Le nouveau président de l’Udps aura la tâche de conduire ce parti aux élections présidentielles et législatives.
Le congrès extraordinaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) consacré à cette élection, a demarré hier vendredi 30 mars au siège du parti à Limete. Au total, 994 délégués venus de l’intérieur et de l’extérieur du pays, participent aux travaux.

Les candidats en lisse à la présidence de l’Udps

Ne pouvant entrer, plus de 5000 militants du parti ont campé en dehors du siège. Fort heureusement pour eux, l’organisation a mis en place un écran géant et la sécurité est assurée par les militants du parti.

Au lancement des travaux, le secrétaire général de l’Udps Jean-Marc Kabund a prévenu contre le danger de transformer l’Udps en bien familial. D’où son appel à l’unité : « Le congrès est un moment historique pour l’Udps, nous devons garder l’unité du parti…»

Plusieurs opposants invités ont pris la parole à la cérémonie d’ouverture. Ils ont tous dit être venus soutenir l’Udps dans son exercice démocratique et ont demandé aux congressistes de tenir compte du discours de Jean-Marc Kabund, secrétaire général du parti. « Je demande aux congressistes de suivre les recommandations de Jean-Marc Kabund, nous devons apprendre à nous pardonner pour le bien-être de la population congolaise », a déclaré Vital Kamerhe, président de l’UNC.

Martin Fayulu de l’Ecidé et Jean-Bertrand Ewanga du FCR ont dit quant à eux, se souvenir d’Étienne Tshisekedi à travers le discours de Kabund, qui selon eux, “incarne l’esprit de Tshisekedi”.
De son côté, Christophe Lutundula du G7 a transmis le message de Moïse Katumbi: « Le Rassemblement doit exister pour restaurer la démocratie en RDC, pour les élections, pour l’alternance au pouvoir ».
Pour Eve Bazaiba, le successeur d’Étienne Tshisekedi devra être un « Josué » qui conduira le peuple à la terre promise.

Ils sont au total quatre candidats à briguer la présidence du parti : Guy Bawu, David Mukeba, Paul Tshilumbu et Félix Tshisekedi, le président du Rassemblement de l’opposition et fils d’Étienne Tshisekedi. Et sauf grosse surprise, c’est lui qui devrait remporter cette élection qui a été précédée d’un débat contradictoire entre candidats devant les militants jeudi 29 mars. Animé par quatre journalistes, ce débat avait tourné autour de l’organisation du parti, la gestion financière du parti, la diplomatie, des thèmes liés à la promotion de la jeunesse et de la femme.

Auteur de l’article : ntambwe