Processus électoral : la sensibilisation à la machine à voter débute ce lundi

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrit par Joyce Kalala

Ça y est. C’est ce 2 avril 2018, que la Commission électorale nationale indépendante (Céni) va procéder au lancement de la campagne de sensibilisation à l’usage de la machine à voter sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo (RDC). L’annonce a été faite par Norbert Basengezi, vice-président de la Centrale électorale, lors de son passage à formation des délégués provinciaux qui se tient à Kinshasa.La Commission électorale nationale indépendante (Céni) met les bouchers doubles en vue de se conformer à son calendrier électoral tel que rendu public en novembre dernier, du moins en ce qui le concerne. C’est dans cette optique qu’elle a annoncé, à travers son vice-président, Norbert Basengezi, le début de la campagne de sensibilisation à la machine à voter sur l’ensemble du territoire national, ce lundi 2 avril 2018.

L président de la Céni, Corneille Nangaa fait la démonstration de la Machine à voter devant l’Assemblée nationale

Le vice-président de la Céni a fait cette annonce, le jeudi 29 mars 2018, à la faveur de son passage à la quatrième journée du séminaire de formation des cadres des Secrétariats exécutifs provinciaux de la Céni, sur la machine à voter, les innovations de la Loi électorale et la stratégie de sensibilisation à la base, qui s’est clôturé, le vendredi 30 mars 2018, à la Centrale électorale à Kinshasa.
Comme en 2006 et en 2011, avant l’organisation des élections, la Ceni recourt à ses lieutenants afin de sensibiliser la population sur le terrain.

Pour cette année qui est éminemment électorale, près de cent trente-cinq (135) participants, essentiellement composés des secrétaires exécutifs provinciaux, des chargés de formation, des chargés de scrutins, des chargés de sensibilisation et des informaticiens, sont en formation, depuis le lundi dernier sur la machine à voter, les innovations de la nouvelle loi électorale ainsi que la stratégie de sensibilisation à la base.

Par ailleurs, Norbert Basengezi a indiqué que ce séminaire de formation permettra aux bénéficiaires de bien appréhender et conquérir le terrain. Ce terrain, dit-il, qui est la République démocratique du Congo est, à ce jour composé de 26 provinces, 32 villes, 330 communes, 2815 quartiers, 145 territoires, 734 chefferies et secteurs, 6.095 groupements et 88.000 villages, rapporte mediacongo.net.

En outre, le numéro 2 de la Ceni a rassuré que, dès la semaine qui commence, les formés repartiront dans leurs provinces respectives pour répercuter la formation à la base. Ce, avec les 200 machines à voter qui sont déjà disponibles. « Dans deux semaines, nous allons leur envoyer mille (1.000) machines à voter de sorte qu’ils atteignent tous les coins de la République », a ajouté Norbert Basengezi.
Cette campagne se déroulera simultanément à Kinshasa ainsi que dans les 25 autres provinces qui constituent les 171 antennes de la Ceni.

Il sied de noter qu’au moment ou la Céni s’apprête à lancer la campagne de sensibilisation sur la machine à voter, la classe sociopolitique est divisée quant à son utilisation aux élections de décembre 2018. L’opposition dans sa diversité rejette en bloc l’usage de cette machine qu’elle qualifie de machine à tricher. D’autre part, face à cette machine à voter, il y a la communauté internationale qui est également retissant quant à son usage. Cette dernière préconise, plutôt, à ce sujet une certification de la part des diverses experts.

Sans nul doute, la Commission électorale nationale indépendante n’aura pas une tache facile pour faire adopter cette machine à la population. Ce préalable ne peut être que résolu, si un consensus est trouvé entre acteurs politiques toutes tendances confondues.