Kinshasa : un journaliste poursuivi dans une affaire « d’extorsion de diamant »

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Écrit par Le Potentiel

Journaliste en danger (JED) s’insurge contre la détention, depuis 24 heures, d’un journaliste dans les installations du parquet général de Kinshasa. De son côté, le président de l’UNPC demande le retrait de la plainte contre le journaliste Eliezer Ntambwe et son jugement par ses pairs. Dans la foulée, Ngoy Kasanji avance les raison de sa plainte contre le journaliste.

Eliezer Ntambwe, journaliste-présentateur du magazine intitulé « Tokomi wapi » (Traduction : Où en sommes-nous ? », diffusé sur plusieurs chaînes de télévision émettant à Kinshasa, capitale de la RD Congo, est détenu, depuis le lundi 2 avril 2018 dans la soirée, au parquet général de Kinshasa, pour « imputations dommageables » à l’endroit du gouverneur de la province du Kasaï Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, rapporte un communiqué de Journaliste en danger publié le mardi 3 avril.

Eliezer Ntambwe, responsable et présentateur du magazine « Tokomi wapi »

Selon les informations recoupées par JED, le journaliste a été arrêté dans son bureau vers 11 heures par deux agents du parquet munis d’un mandat d’amener. Il a été directement conduit au parquet où il a été longuement auditionné par un magistrat autour d’une information qu’il a publiée ayant trait à l’affaire d’un diamant de 45 carats appartenant à un monsieur habitant la province de Sankuru. A en croire les membres de la famille de cet homme, décédé mystérieusement à son retour à Sankuru et que le journaliste a interviewé, le gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji lui aurait « extorqué » son diamant.

Pour la même affaire, le gouverneur incriminé a également saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) qui devait entendre le journaliste. « Sans entrer dans le fond de cette affaire, Journaliste en danger (JED) estime que la détention du journaliste est injustifiée, précipitée et viole son droit à la présomption d’innocence ».

« En conséquence, JED demande au magistrat instructeur de ce dossier d’ordonner la libération du journaliste afin de lui permettre de comparaitre librement.

Pour rappel, le nom du gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji figure sur la liste des bourreaux de la liberté de la presse publiée par JED dans son rapport annuel 2017 », fait savoir cette ONG de défense des droits des journalistes.