« Le Livre bleu » de Didier Mumengi porté sur les fonds baptismaux

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Écrit par Olivier Kaforo

La société congolaise a atteint une phase intolérable de la médiocrité. Dans tous les domaines ou presque, rien ne marche. Faisant partie de l’élite congolaise, Didier Mumengi pense qu’il faut une rupture.

Ecrivain connu du monde scientifique et littéraire, Didier Mumengi, ancien ministre de l’Information sous Mzee Laurent-Désiré Kabila vient d’écrire un nouveau livre intitulé « Le livre bleu ». Ce nouvel ouvrage a été porté sur les fonds baptismaux, le mardi 3 avril. La salle de conférences du Centre interdiocésain (Gombe) a servi de cadre à la présentation et au baptême du livre. Plusieurs personnalités ont été conviées à cette cérémonie.

Le livre Bleu de Didier Mumengi

Dans cet ouvrage, Didier Mumengi propose 34 projets jugés décisifs pour bâtir un nouveau Congo. Des projets qui, selon l’auteur, une fois mis en œuvre, devront permettre à la République démocratique du Congo pour décoller. L’ancien ministre de l’Information estime qu’aujourd’hui, le peuple congolais est arrivé à une période cruciale de l’humanité.

Didier Mumengi pense que soixante ans après l’indépendance, les Congolais doivent se ressaisir, prendre leur destin en mains afin de répartir sur de nouvelles bases. Dans ce livre, il répond aux interpellations multiples formulées par bon nombre de personnes.

Pour Didier Mumengi, l’élite congolaise est aujourd’hui, à l’état d’un coma intellectuel avancé. C’est pourquoi, pense-t-il, il faut que la résilience se transforme en nouvelle citoyenneté. Raison pour laquelle le livre bleu reste ouvert. Il attend l’apport de tout celui qui est disponible.

« Il faut que nous nous sentions indignes, honteux d’être élite d’un pays qui a tout pour être le plus beau du monde. Il faut qu’il y ait rupture. Ce n’est pas un combat contre un quelconque parti politique, une quelconque obédience mais plutôt contre les démons qui sont dans l’élite congolaise. La RDC est une société morte qui doit décider de ressusciter. Nous devons arrêter le corbillard qui amène la dépouille de la société congolaise à la nécropole », a lancé Didier Mumengi.

Dans son mot, l’auteur a déclaré que son ouvrage est un méga projet. Car, pense-t-il, il contient 34 projets décisifs qui articulent la vie nationale. Un méga projet porté par un groupe constitué autour de l’auteur. Didier Mumengi croit qu’il faut lutter contre la tolérance dans tout ce que l’esprit humain ne peut pas accepter.

« Si j’ai écrit ce livre, c’est parce que dans mes veines circule le sang de nos ancêtres qui ont été vendus aux enchères comme des marchandises. Dans mes veines circule également le sang de mes compatriotes. C’est tous ces sangs qui m’ont poussé à écrire cet ouvrage pour dire au monde entier : ça suffit », a déclaré Didier Mumengi.

Dans le troisième projet, l’auteur évoque la problématique du bien-vivre-ensemble-congolais. Ce qui, selon lui, constitue le « fondement de nos pensées et sève de nos actions ». Ici, Didier Mumengi appelle les Congolais à prendre conscience qu’ils possèdent en eux, tout ce qu’il faut pour réaliser des performances intellectuelles et éthiques d’exception, autant sur les plans de la créativité et de l’innovation que celui du comportement sociétal soigné.

Le projet 8, quant à lui, propose la transformation de « trois villes franches industrielles (VIF) comme pôles multiservices de croissance. Muanda, Kisangani et Kasumbalesa : triangle d’infrastructures motrices du redressement économique national ». Mumengi propose au projet 12, la création d’un « tribunal de la probité publique ». Une juridiction exceptionnelle pour exiger des responsables publiques un comportement irréprochable et exemplaire.

Au sein de l’opinion, l’auteur et son groupe méritent les encouragements de tout le monde pour avoir dénoncé le dysfonctionnement de la société congolaise.