Jusqu’au bout…

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La majorité présidentielle n’a pas encore dit son dernier mot. Elle croit toujours en la possibilité de donner à son autorité morale les moyens de conserver son fauteuil présidentiel. Evidemment, au sein de la MP, on estime que tous les moyens sont bons, dès l’instant où l’objectif est assuré.

Les stratèges de la MP ne se lassent pas. Ils sont en état d’alerte maximale – la survie politique de leur autorité morale en dépend. Tout le monde s’est lancé dans la bataille pour un dernier sauvetage du chef de l’Etat. Quoiqu’il en soit, c’est à la Cour constitutionnelle que se jouera la dernière partition. A la MP, la Cour constitutionnelle est le dernier rempart à partir du moment où un sauf-conduit sera trouvé pour sauver l’autorité morale.

Kabila Minaku et Matata

La même Cour a été mise à profit lorsqu’elle a été appelée à interpréter l’article 70 de la Constitution. Sans surprise, la Cour a donné un sursis au chef de l’Etat qui est censé être en poste jusqu’à l’élection d’un nouveau président élu. C’est à ce titre d’ailleurs que le président Kabila continue à diriger la RDC ; son mandat ayant expiré depuis le 19 décembre 2016.

Mais, la Cour constitutionnelle nous réserve bien des surprises. Dans la quête de la MP de contourner l’article 220 de la Constitution, la MP va certainement se rabattre sur la même Cour. En cette période de fort calcul politique, la Cour constitutionnelle sera très sollicitée. Mais, avec une Cour totalement acquise à sa cause, la MP est convaincue que les juges permanents de cette Cour ne pourront jamais la trahir.

C’est dire que la MP ne croit pas encore à l’exclusion définitive de son autorité morale de la prochaine course présidentielle. Jusqu’au bout, la famille politique du chef de l’Etat continue à explorer une piste salvatrice qui tirera son mentor des griffes de l’article 220 de la Constitution.