Une nouvelle ère

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Kinshasa avait longtemps retenu son souffle. Et comme il fallait s’y attendre, la surprise est arrivée. Tous les regards étaient tournés vers La Haye, aux Pays-Bas, où la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale devait rendre le verdict dans l’affaire Procureur Vs Jean-Pierre Bemba. Émotions, scènes de joie, etc., Kinshasa a exulté en fin de journée d’hier vendredi. Ce qui laisse penser que l’acquittement de Jean-Pierre Bemba au niveau de la Chambre d’appel de la CPI va, sans doute, redessiner la carte politique de la République démocratique du Congo.

Le sénateur congolais, Jean-Pierre Bemba à la CPI

Écrit par Le  Potentiel

Devra-t-on s’attendre à un autre jeu sur la scène politique nationale avec le retour de cette figure de proue de l’Opposition et chef du Mouvement de libération du Congo ? Quelles seront ses priorités ? Les questions s’enchaînent dans un pays qui négocie dans la douleur le dernier virage du processus électoral destiné à porter un nouveau locataire au Palais de la nation après les deux mandats constitutionnels consommés de Joseph Kabila, actuel chef de l’Etat. D’ores et déjà, des voix se sont levées sur l’échiquier international pour que la libération de l’ancien vice-président congolais lui permette de jouer un rôle politique éminemment important en cette période de crise politique exacerbée par les atermoiements funestes de la majorité au pouvoir.

Avec la remise en liberté de Jean-Pierre Bemba, des cartes vont être redistribuées au sein de la classe politique congolaise. Et sans doute qu’il lui sera facile de porter la casquette d’héros vivant de la lutte contre les excès d’un pouvoir ivre, avec à la clé la jouissance de la sympathie de tout un peuple pour sa longue détention. Est-ce pour dire que le leader du MLC, ex-candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2006, va s’imposer comme chef de l’Opposition face à Joseph Kabila ? La question demeure entière face à une scène politique recomposée en son absence. Des figures emblématiques de l’Opposition se sont regroupées en plateformes pour exiger l’alternance démocratique. On y trouve, entre autres, Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, etc., seraient-ils prêts à s’effacer au profit de Jean-Pierre Bemba ? Là, c’est une autre question.

De toute façon, la seule libération de Jean-Pierre Bemba fait de lui une pièce maîtresse pour remodeler le visage politique congolais. C’est le début d’une nouvelle ère.

Auteur de l’article : ntambwe