Suicide collectif

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

La vérité est têtue. Tôt ou tard, elle finit par se révéler au grand jour. Les dissidents de l’Opposition qui sont entrés au gouvernement, soi-disant sur base de l’Accord du 31 décembre 2016, sont là plutôt pour servir de marchepied de la Majorité présidentielle.

Joseph Kabila et sa Majorité présidentielle

En effet, la famille politique du chef de l’État a un plan connu de tous : retarder le plus longtemps possible la tenue des élections jusqu’à ce que son autorité morale trouve un moyen de briguer un troisième mandat.

Dès lors, tous les moyens sont bons pour parvenir à cette fin. C’est dans cette optique que la MP a torpillé l’Accord de la Saint-Sylvestre. Le débauchage des opposants rentrent pleinement dans ce stratagème. En entrant au gouvernement par la violation de l’Accord de la Saint-Sylvestre, ces opposants ont perdu ipso facto leur statut.

Pour preuve, depuis qu’ils sont au gouvernement, ils ne se sont jamais battus pour le respect de l’Accord du 31 décembre, encore moins pour la Constitution. Par contre, ces opposants membres du gouvernement sont complices de tous les coups que la famille politique du chef de l’État porte contre le processus électoral et contre la démocratie.

Jusqu’ici, c’est la MP qui donne le tempo et eux exécutent la danse. Ainsi, la MP a imposé la machine à voter sans qu’aucun de ces opposants débauchés ne puisse broncher. Il en est de même de l’imposition du seuil électoral de 1% aux législatives ou encore de l’exclusion des Congolais de l’étranger aux prochaines élections. Ces opposants membres du gouvernement accompagnent donc la politique suicidaire de la MP qui consiste à torpiller le processus électoral afin de bloquer la tenue des élections véritablement démocratiques, inclusives, transparentes et crédibles.

Il n’est donc pas une surprise que ces opposants membres du gouvernement rentrent unanimement dans une même coalition électorale avec la MP et qui a comme autorité morale le Chef de l’État. La création du Front commun pour le Congo (FCC) ne vient que formaliser la trahison dont ces opposants sont coupables dès leur entrée au gouvernement en violation de l’Accord du 31 décembre.

En s’associant avec la MP dans sa forfaiture de torpiller le processus électoral, ces pseudo-opposants, qui ont déjà trahi leur lutte de se battre pour le bien du peuple, s’engagent plutôt pour un suicide collectif.

 

Auteur de l’article : ntambwe