En liberté provisoire, J-P. Bemba se retranche en Belgique

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

C’est sous bonne escorte de la police belge que Jean-Pierre Bemba a quitté la prison de La Haye, après avoir bénéficié, mardi 12 juin dans la soirée, d’une liberté provisoire. Pour l’instant, Bemba est soumis à un certain nombre de restrictions en attendant le verdict, attendu aujourd’hui mercredi, dans l’affaire qui l’oppose au procureur de la CPI concernant la subornation des témoins. Néanmoins, le leader du MLC n’est plus loin de regagner son pays, la RDC, pour participer au débat préélectoral. Quel rôle jouera-t-il ? Le suspense devrait être levé au terme du congrès de son parti, prévu en juillet prochain.

Le sénateur congolais, Jean-Pierre Bemba à la CPI

Par Le Potentiel

Le président du MLC (Mouvement de libération du Congo), Jean-Pierre Bemba, vient de franchir un pas important vers le chemin de la liberté qui s’ouvre à lui après son acquittement le 8 juin 2018 à la CPI (Cour pénale internationale) pour des actes commis en République centrafricaine.

Hier mardi 12 juin, alors que la Cour a renvoyé son verdict final à ce mercredi dans l’affaire de subornation des témoins qui l’oppose à la CPI, « la Chambre de première instance VII de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a ordonné la mise en liberté provisoire sous conditions spécifiques de M. Jean-Pierre Bemba ».

Dans le communiqué de presse diffusé à cet effet, la Cour motive sa décision en ces termes : « Compte tenu de tous les facteurs pertinents et des circonstances de l’affaire dans son ensemble, la Chambre de première instance considère que les conditions juridiques d’un maintien en détention ne sont pas remplies. En particulier, et notant que M. Bemba a purgé plus de 80% de la peine maximale possible, la Chambre a considéré qu’il était disproportionné de continuer la détention de M. Bemba uniquement pour s’assurer qu’il comparaisse pour le prononcé de la peine. Ainsi, la Chambre a ordonné la mise en liberté provisoire de M. Bemba sous certaines conditions spécifiques, notamment de s’abstenir de faire des déclarations publiques sur cette affaire, de ne pas changer d’adresse sans préavis, de ne contacter aucun témoin dans cette affaire, et de se conformer pleinement à toutes les ordonnances dans cette affaire, et de se rendre immédiatement aux autorités compétentes si la Chambre de première instance l’exigeait. Il incombe maintenant au Greffe de procéder à toutes les dispositions et consultations nécessaires pour mettre en œuvre la décision de la Chambre ».

 

Résidence provisoire en Belgique

Selon les témoins, c’est, escorté par la police belge, que Jean-Pierre Bemba a quitté mardi soir la prison de La Haye. Direction, la Belgique où il devrait vraisemblablement établir sa résidence provisoire, en attendant de regagner Kinshasa, après avoir été totalement déchargé des griefs mis en sa charge par le procureur de la CPI.

En effet, après son acquittement du 8 juin 2018 pour des actes commis par ses troupes en République centrafricaine, Jean-Pierre Bemba reste encore lié à la CPI dans une affaire de subornation des témoins, dans laquelle sont également concernés Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido. Après son audience de mardi, la Chambre qui traite de cette affaire a renvoyé son verdict pour aujourd’hui mercredi.

 

En route pour Kinshasa

Quoiqu’il en soit, le chemin de la liberté est grandement ouvert pour le président du MLC. Un épilogue qui aura duré 10 ans, depuis son arrestation en 2008. Les militants du MLC n’attendent plus que le retour de leur leader à Kinshasa. Tous espèrent le voir apporter sa voix dans le débat préélectoral des scrutins du 23 décembre 2018.

Quel rôle jouera-t-il ? Va-t-il se lancer dans la course électorale ? De l’avis de la secrétaire générale du MLC, la députée nationale Eve Bazaïba, le sort de Jean-Pierre Bemba et son nouveau statut dans le paysage politique seront connus au terme du congrès du MLC, projeté au mois de juillet à Kinshasa.

 

Auteur de l’article : ntambwe

3 commentaires sur “En liberté provisoire, J-P. Bemba se retranche en Belgique

    KABEYA

    (21 juin 2018 - 13 h 27 min)

    Je pense que mon opinion sera postée sur votre site, et surtout aussi si possible sur votre journal en papier. Car mon avis en tant que citoyen congolais compte du fait que je suis l’une des victimes du Père BEMBA SAOLONA PDG/SCIBE-CONGO, comme de son fils Jean-Pierre BEMBA GOMBO qui vivant utilise ses moyens, en passant par sa famille pour chercher comment mettre fin à ma vie. Mon péché c’est d’avoir été Délégué Intersyndical SCIBE-CONGO, où Jean-Pierre BEMBA GOMBO était le DG ;

    Le Père J. BEMBA S. s’est imposé dans les affaires grâce à sa capacité de corrompre, et de l’appui qu’il avait auprès du régime Mobutu, Jean-Pierre BEMBA GOMBO a grandi et a profité du racisme de son Père dans les affaires, appuyées par la politique négative du régime Mobutu. Donc il y a enrichissement illicite, corruption, et autres antivaleurs comme modèles que le Père a légué à la famille dont le ténor actuel est J.P. BEMBA GOMBO ;

    Alors, si vous attendez de lui quelque chose, alors je comprends que la RDC et son Peuple ont plusieurs ennemis, et une certaine presse se compte parmi ceux-là qui ne veulent pas voir le pays et son Peuple jouir de ses richesses. Car J.P. BEMBA va servir plus ses grand-pères au Portugal, et peut-être aussi son autre pays la Belgique ;

    Moi, Joseph KABEYA, je ne peux compter sur une telle famille, surtout pas sur un tel homme.

    La complaisance n’est pas une bonne chose pour des hommes et des femmes qui veulent se libérer.

    Joseph KABEYA. Tél. 0812049022, 089947622
    Citoyen RDCongolais persécuté depuis maintenant 18 ans par la famille BEMBA, dont J.P. BEMBA.

      ntambwe

      (21 juin 2018 - 13 h 48 min)

      Bonjour Monsieur Kabeya,

      Veuillez m’écrire dans mon adresse mail suivante: ntambwestanislas@gmail.com ou m’appeler sur le +243 971439969, +243 822253633. Car, cet espace est réservé pour des commentaire aux articles publiés. Cependant, votre texte indique une situation qu’il faudrait peut être étudier avec vous et voir comment nous pouvons publier dans le journal et sur le site.

      Merci

    Jack LOMBA

    (19 juin 2018 - 10 h 20 min)

    MA PLUS GRANDE TRISTESSE EST DE CONSTATER QUE LES IFORMATIONS FIABLES ET DES ANALYSES PROFONDES SUR LA CRISE AU CONGO SONT RELATEES SOUVENT PAR DES MEDIAS ETRAGERES , ALORS QUE VOTRE JOURNAL BIEN IMPLANTE DANS LE PAYS NE PARLE QUE DES HOMMES. QUAND EST-CE QUE VOUS COMPRENDREZ QUE LES HOMMES PASSENT ET LES INSTITUTIONS RESTENT? SI VOUS ETES AUSSI BORNES QUE CELA , JE VOUS DONNE QUELQUES PISTES DE REFLEXION :
    1* FAUT IL ALLER AUX ELECTIONS COUTE QUE COUTE DANS LE CONTEXTE ACTUEL OU PASSER PAR UNE PERIODE DE TRANSITION?
    2*SI LA TRANSITION S’AVERE UTILE , A QUOI SERA-T-ELLE CONSACREE? COMMENT POURRAIT S’OPERER LA PASSATION DU POUVOIR? COMBIEN DE TEMPS POURRAIT ELLE DURER?
    3* DANS LE CAS CONTRAIRE ET QUE LES ELECTIONS SE TIENNENT EN L’ETAT , QUE SE PASSERAIT-IL EN CAS DE CONTESTATION DES RESULATS ? ETC——

    EFLECHISSEZ BON SANG ET CESSER DE NOUS PARTELER DES CANDITATS TOUS MEDIOCRES PAR AILLEURS…..

Commentaires fermés.