Suspense

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Briguera-t-il ou pas le troisième mandat ? Quel message prépare-t-il au peuple congolais ? Telles sont des questions que l’opinion congolaise continue à se poser, en attendant le discours sur l’état de la nation que prononcera le président de la République, Joseph Kabila.

Le président congolais, Joseph Kabila. Crédit Photo: REUTERS/Kenny Katombe

Par Le Potentiel

Avec impatience, le Chef de l’État est attendu devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès pour prononcer son discours sur l’état de la nation. Chose étonnante, aucun communiqué émanant de la présidence ne fixe la date pour cet exercice démocratique. Cela ne cesse de susciter les inquiétudes pour le peuple congolais, en général et l’Opposition, en particulier.

Hormis la date qui n’est pas encore clairement connue, il y a également le problème du message. Les Congolais retiennent une fois de plus leur souffle et veulent à tout prix découvrir ce que sera le discours du Chef surtout qu’il est supposé être le dernier de son mandat actuel. À quelques jours de la célébration du cinquante-huitième anniversaire de l’accession de la RDC à l’indépendance, nombreux attendent du Chef un discours centré surtout sur son avenir politique.

Il est sans ignorer que la Majorité Présidentielle pousse son leader à se représenter pour un troisième mandat à la magistrature suprême. Une disposition qui violerait la Constitution ainsi que l’Accord de la Saint-Sylvestre. Même si quelques têtes du parti au pouvoir tentent d’interpréter à leur manière les articles de la Constitution et tout rejeter à la cour constitutionnelle, la vérité reste une et exclusive : la candidature de l’actuel président ne peut être admise par la CENI.

Devant les élus du peuple réunis en congrès (Députés et Sénateurs), le Chef de l’État devra balayer toutes ces questions pour lever toute équivoque. Sa déclaration sur sa représentation ou non au scrutin du 23 décembre aura sans doute un impact considérable sur le processus électoral en cours. Cela est très important à l’heure actuelle, même si dans les milieux des sociétaires de la coalition au pouvoir on exige du Chef la rétention de l’information sur son avenir politique.

One thought on “Suspense

  1. SI LA SOIT -DISANT <> PRETEND ETRE LA PORTE PAROLE DU PEUPLE CONGOLAIS QUI SOUHAITERAIT , SELON ELLE , LE DEPART DE KABILA : POURQUOI NE PAS PERMETTRE A CE DERNIER DE SE REPRESENTER AUX ELECTIONS ET LE BATTRE PAR LA VOIE DES URNES?
    D’AUCUN PRETENDRONT QUE CELA VIOLERAIT LA CONSTITUTION …N’A -T-ELLE PAS ETE DEJA VIOLEE DEPUIS DECEMBRE 2016 ALORS QUE LE MANDAT DE KABILA DEJA AVAIT TOUCHE A SA FIN? N’EST CE PAS LA FAMEUSE OPPOSITION QUI S’ETAIT EMPETREE DANS LE BOUBIER DE CE QU’ELLE APPELLE PUDIQUEMENT <> , LEQUELS ETAIENT SENSES SURPLENTER LA CONSTITUTION QU’ELLE EVOQUE MAINTENANT. QUELLE MEDIOCRITE ET QUELLE INCOMPETENCE DE VOS POLITICHIENS? LAISSEZ KABILA TRANQUILLE….TOUS SONT MEDIOCRES AU MEME NIVEAU

Comments are closed.