La Société civile appelle la population à dénoncer les actes de torture

« Le meilleur moyen de lutter contre la torture est de documenter et porter plainte pour aider la RDC à quitter ce stade où le pays se retrouve actuellement », selon Christopher Ngoy, le Coordonnateur de la Société civile du Congo.

Le Coordonnateur général de la Société civile du Congo, Christopher Ngoyi

Lire la suite de à proposLa Société civile appelle la population à dénoncer les actes de torture

L’ONU accuse les forces de sécurité congolaises et des miliciens de crimes de guerres dans le Kasaï

Dans ce rapport de 18 pages intitulé « Le sort des enfants en temps de conflit armé en République démocratique du Congo », le secrétaire général des nations Unies charge les forces de sécurité de la République démocratique du Congo et des miliciens de crime de guerre et crime contre l’humanité lors des différents conflits armés qui ont eu lieu en RDC.

Publié le 25 juin, ce rapport porte sur la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017 et donne principalement des informations sur six catégories de violations graves commises contre des enfants, sur les auteurs de ces actes et sur le contexte dans lequel ceux-ci ont été commis. Le rapport met en évidence les tendances et constantes des violations graves commises contre des enfants par toutes les parties au conflit et décrit l’aggravation de l’impact des conflits armés sur les enfants.

Tout aussi, cette enquête donne un aperçu des progrès accomplis dans la lutte contre ces violations, y compris à travers la mise en œuvre des plans d’action conclus par le Gouvernement de la République démocratique du Congo et l’Organisation des Nations Unies. Le rapport conclut par des recommandations visant à faire cesser et à prévenir les graves violations commises contre les enfants en RDC et à améliorer les mesures prises pour protéger ces derniers.

Ci-après, quelques extrais de ce rapport présenté au Conseil de sécurité par le SG de l’ONU.

Quelques miliciens Kamuina Nsapu (photo internet)

Lire la suite de à proposL’ONU accuse les forces de sécurité congolaises et des miliciens de crimes de guerres dans le Kasaï

Katumbi et l’affaire des mercenaires : Premier test de crédibilité pour la Cour de cassation

C’est aujourd’hui mercredi 27 juin 2018 que la Cour de cassation instruit sa première affaire. Dans le box des accusés, il y aura Moïse Katumbi, poursuivi devant cette cour pour une présumée affaire de mercenaires. Le collectif des avocats de Katumbi auront en face d’eux Kitoko Kimpele, premier président de la Cour de cassation et Flory Kabange Numbi, procureur général près la même Cour. Sans doute s’attend-on à ce que le droit soit dit – dans le bon sens. A peine installée, la Haute Cour passe avec l’affaire Moïse Katumbi son premier test de crédibilité.

Balance et marteau de Justice

Lire la suite de à proposKatumbi et l’affaire des mercenaires : Premier test de crédibilité pour la Cour de cassation

Dernier rempart

L’histoire bégaie en République démocratique du Congo. Le président Joseph Kabila sera candidat et ça se jouera à la Cour constitutionnelle, après une passe en or que lui offrira la Commission électorale nationale indépendante. Comme toujours, la majorité au pouvoir fonde ses derniers espoirs sur le verdict sans appel d’une Haute Cour que d’aucuns qualifient de « totalement acquise à sa cause ».

Joseph Kabila et sa Majorité présidentielle

Lire la suite de à proposDernier rempart

M. Kamanzi Kibibi, notable du Sud-kivu réagit à la déclaration de Charles Mukiza

A la suite d’une déclaration commune signée par Messieurs Charles Mukiza et Gérard Masumbuko et publiée sur notre site, Monsieur Kamanzi Kibibi qui ne reconnait pas à Charles Mukiza la qualité du représentant de la communauté Banyamulenge, réagit et dément toutes les affirmations contenues dans cette déclaration.

Ci-dessous, l’intégralité de sa réaction telle que parvenue à la Rédaction LePotentielonline.net.

Réaction

Carte du Sud-Kivu

Lire la suite de à proposM. Kamanzi Kibibi, notable du Sud-kivu réagit à la déclaration de Charles Mukiza