Les Congolais de l’étranger légalement exclus du processus électoral

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après de longues suspicions autour de la participation ou non des Congolais de la diaspora au processus électoral, la nouvelle loi électorale modifiée est venue trancher la question. Promulguée par le président de la République, le mercredi 27 juin 2018, cette loi consacre l’exclusion légale des compatriotes vivant à l’étranger pendant le cycle électoral en cours.

Machine à voter de la Céni

Par Joyce Kalala

Plus de tergiversation possible autours de la participation ou non des Congolais de la diaspora au processus électoral en cours. Comme en 2006 et en 2011, les compatriotes congolais vivant à l’étranger ne voteront pas, cette fois-ci, pour élire le successeur du président Joseph Kabila, à l’élection du 23 démembre 2018, tel qu’initialement prévu par la loi électorale de 2018.

Non seulement que ces Congolais vivant à l’étranger ne voteront pas, ces derniers ne participeront pas non plus à l’ensemble des opérations que prévoyaient cette loi pour eux au cours de ce cycle électoral.

C’est la nouvelle loi portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales, modifiée et promulguée par le Chef de l’État, Joseph Kabila Kabange, le mercredi 27 juin 2018, qui en a ainsi décidé. Par ce fait, ladite loi met fin au débat sur la participation de Congolais de la diaspora en consacrant leurs exclusion légale du cycle électoral en cours.

Par ailleurs, c’est le 8 juin dernier que les députés nationaux avaient voté deux propositions de loi modifiant et complétant respectivement la loi électorale telle que modifiée par la loi numéro 15/001 du 12 février 2015 et la loi numéro 17/013 du 24 décembre 2017 et celle portant identification et enrôlement des Congolais de l’étranger.

Dans le nouveau document, l’essentiel de cette modification porte sur les dispositions transitoires et finales, qui indiquent que l’article 5 de ladite loi ne s’applique pas à l’actuel cycle électoral. En substance, la loi promulguée par le chef de l’État, entérine la non-participation de la diaspora au processus électoral en cours.

En outre, l’article 55 stipule que les dispositions des articles 8 alinéa 2 et 3,  10, alinéa 2, 3 et 4 de la présente loi concernant l’identification et l’enrôlement des congolais résident à l’étranger ne sont pas d’application pour le cycle électoral en cours.

Cependant, précisons que dans le lot des ordonnances signées, ce jour par le président Kabila, figure également celle portant nomination de M. Mungulu Tapangane Olika, en qualité de membre de la Cour Constitutionnelle.