Le panier à crabes

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Les pro Kabila font semblant de s’organiser pour gagner à tous les niveaux les élections de décembre 2018, si élections y aura. Analystes et observateurs avertis sont unanimes pour reconnaître que les nouvelles recrues de la Majorité présidentielle, cooptées au Front commun pour le Congo (FCC), une plate-forme électoraliste que des esprits malins appellent ironiquement ‘‘Front contre le Congo’’ (FCC), se sont embarquées, une fois de plus, dans une aventure sans lendemain. Les membres du gouvernement et d’autres larbins qui ont rejoint le Titanic FCC risquent de sombrer dans l’abîme du microcosme politique congolais. Cela, en signant leur mort politique, car ils vont être jetés dans la poubelle de l’histoire.

Les partis politiques signent l’acte d’engagement du FCC

La signature de la Charte de la nouvelle plate-forme électorale les amène, tous, vers un suicide collectif, le bilan de leur autorité morale à la tête du pays étant négatif. Sans exagérer. Et cela sur tous les plans. Même si cette dernière a demandé, il y a peu, au peuple congolais de croire à ses œuvres. Des œuvres qui ne reposent que sur les infrastructures comparables à des éléphants blancs.

Du Nord au Sud et, surtout, dans l’Est de la République, des Congolais continuent de mourir comme des poules malades de la peste. La paix et la tranquillité n’ayant jamais été restaurées. Le vécu quotidien de ses compatriotes n’a jamais été amélioré depuis la chute du régime Mobutu, il y a 21 ans. Les soins de santé sont toujours un luxe pour le Congolais d’en bas.

Quant à l’insécurité alimentaire, elle a gagné même les campagnes. Aussi, la pauvreté colle-t-elle toujours le Congolais à la peau. La croissance économique, tant vantée, créée par le boom de certains métaux stratégiques ne profitant qu’à une poignée d’individus qui se remplissent les poches au détriment du peuple qui croupit dans une misère noire. C’est dire que l’amélioration du social, un slogan loin d’être la préoccupation du gouvernement, est pour la consommation extérieure.

Selon les mêmes analystes et observateurs avertis, le président de la République, friand de surprises, même à quelques mois de scrutins, peut désigner un dauphin qui ne ferait pas l’unanimité au sein de ce panier à crabes qu’est le FCC.