Ça bouge

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élections approchent et la classe politique congolaise semble prête. En fonction des intérêts des uns et des autres par rapport aux élections à venir, la Majorité présidentielle comme l’Opposition affutent leurs armes. Ça bouge dans tous les sens.

Des alliances, même si certaines sont contre nature, naissent au jour le jour. Elles se font et se défont. Ce qui n’étonne personne, compte tenu de la soif de gouverner qui caractérise les « politiciens » congolais.

Une femme verse le bulletin de vote dans l’urne pendant les élection de 2011

Du côté de la MP, l’on a décidé de former une plateforme hybride, avec la signature de la charte constitutive du Front commun pour le Congo (FCC), une plateforme électoraliste dont Joseph Kabila a été désigné « autorité morale ». On y retrouve même quelques têtes qui se réclament encore de l’Opposition et faisant partie du gouvernement Tshibala. Désormais, une partie de l’Opposition dispose de Joseph Kabila comme autorité morale. Lui qui est en même temps autorité morale de la MP. Quelle honte ?

Qu’à cela ne tienne. Il faut vite comprendre que bon nombre de politiciens ne sont guidés que par leurs ventres. Des « ventriotes » bien connus qui ne s’alignent derrière le pouvoir que dans le but de bénéficier de quelques faveurs comme d’habitude.

À l’opposition politique, l’on doit impérativement savoir lever l’option. Les élections se préparent plusieurs mois avant le scrutin. L’on ne peut pas se mettre à pleurnicher, à crier au voleur, à tout dénoncer sans pouvoir peaufiner des stratégies payantes.

S’unir derrière une seule candidature de l’opposition semble être une des meilleures stratégies qui puissent exister, même s’il faut s’attendre à tout. Le candidat unique de l’opposition doit répondre à un panel de critères objectivement établis.

Ça bouge, et tout le monde le constate. Ce que les Congolais souhaitent, c’est que ça puisse bouger dans le sens de servir leurs intérêts. Le contraire ne serait qu’une insulte au peuple. Et, ce peuple n’est plus dupe. Il sait très bien lire dans quel sens souffle le vent.