Démocratie au rabais

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Serait-ce une prouesse, le fait de réduire à néant l’Opposition ? La question vaut son pesant d’or au regard de la situation politique, du reste, tendue en RDC. La démocratie ne s’applique que pour ceux qui jouent aux bouffons du roi. Pour combien de temps encore ? Difficile à prédire.

À cinq mois de la présidentielle, le pouvoir en place est loin d’intérioriser les différentes leçons des nations qui ont tenté de s’opposer à la volonté du peuple dans la voie de l’alternance démocratique.

Le printemps arabe, la révolution du Burkina-Faso,… sont des cas récents d’un peuple qui sort toujours gagnant lorsqu’il s’agit de réclamer ses droits.

Malheureusement à Kinshasa, le pouvoir reste sourd à tous les appels à la raison. Il est convaincu d’imposer sa loi. L’exclusion planifiée de Moïse Katumbi à la prochaine présidentielle s’inscrit dans cette logique. C’est la démocratie au rabais où finalement le ridicule n’émeut nullement les dirigeants au pouvoir.

Dans le Haut-Katanga, le pouvoir qui traque pourtant un fugitif de la justice, selon lui, lui a contre toute attente refusé en même temps l’entrée sur le sol congolais. Son seul crime est celui de s’être proclamé candidat à la présidentielle de cette fin de l’année. Comme qui dirait : On lui refuse même le droit de se faire arrêter !

Les faits illustrent non seulement une démocratie à double vitesse, mais ils illustrent la dérive dictatoriale qui se met en place en RDC.

Le dispositif déployé à Lubumbashi et sur la route de Kasumbalesa pour empêcher Moïse Katumbi de rentrer en RDC pour jouir pleinement de ses droits civiques prouve que le pouvoir fait la démocratie à son goût. Qu’importe le niveau des critiques !

À force d’étouffer l’expression populaire, elle s’impose d’elle-même. Et comme une rivière, elle trace elle-même sa voie. La voie d’une démocratie vraie et non pas celle d’un semblant de démocratie… comme veut l’imposer la majorité au pouvoir.