Youth Development of Congo dénonce les menaces de mort contre son activiste Bibi Lumbana

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quatre mois seulement de la tenue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, le tableau de la situation des droits de l’homme en RDC est peu reluisant. Le bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l’homme (BCNDH) affirme avoir documenté entre janvier et juin 2018, 316 cas de violations et atteintes aux droits de l’homme sur l’ensemble du territoire national, soit une forte augmentation par rapport à la même période de l’année 2017.Ainsi, la dénonciation faite par l’Ong Youth Development of Congo (Youdec) n’est qu’un cas parmi tant d’autres. Cette Ong qui milite pour le respect des droits de l’homme en RDC stigmatise des menaces enregistrées par son activiste Bibi Lumbana Muteka, secrétaire de Youth Development of Congo/Ong (Youdec).

Domiciliée à Kinshasa, Bibi Lumbana fait face aux menaces qui proviennent, selon son Ong, de services de sécurité. Son pêché : c’est simplement son activisme affiché dans le combat pour des élections sans l’actuel président de la République Joseph Kabila, qui a épuisé depuis décembre 2016 son second et dernier mandat. Youdec dénonce également l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire par le pouvoir en place. Ce qui lui attire la foudre.

Selon Youth Development of Congo, c’est depuis 2016 que Bibi Lumbana comme d’autres activistes ont été indexés après qu’ils aient fait preuve de courage en mobilisant la population aux différentes manifestations pacifiques organisées par le comité Laïc de coordination (CLC).

En décembre 2017, tout comme en février 2018, Bibi Lumbana a été aux côtés des autres manifestants et n’avait pas hésité à élever sa voix, comme d’autres Congolais, pour contredire publiquement le bilan de la répression du 25 février 2018.

Loin de désarmer dans son engagement citoyen, elle affiche son soutien, sans faille, aux activités annoncées par le comité laïc de coordination (CLC) les 12, 13 et 14 août prochains pour exercer une pression contre Joseph Kabila afin de ne pas prendre part à la prochaine élection présidentielle, prévue le 23 décembre 2018. Position défendue par son Ong.

Comme en juin 2018, où des inconnus s’identifiant comme agents de sécurité avaient fait irruption dans son domicile, où elle était d’ailleurs absente, cet activiste fait face à d’autres visites des indésirables. D’où, l’alerte de son Ong qui craint pour sa sécurité. Entretemps, la victime se voit dans l’obligation de vivre en clandestinité.

Sans passer par quatre chemins, Youth Development of Congo interpelle les autorités compétentes pour que cessent ces violations de droit de l’homme.

Au travers des formations, des séminaires, conférences et débats, l’Ong Youdec sensibilise les jeunes à participer à la gestion du pays en les motivant pour s’approprier de leur destin. Il s’agit d’un véritable travail d’éveil patriotique par le biais de l’éducation.

Auteur de l’article : ntambwe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *