Adolphe Muzito – Félix Tshisekedi : même vision, même idéal

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018 pour le compte de l’opposition, l’ancien Premier ministre, Adolphe Muzito, ratisse  large pour amener l’Opposition à aligner en décembre prochain un candidat commun à la présidentielle. Bien avant le dépôt de sa candidature à la Céni, Muzito avait déjà entrepris une telle démarche auprès de principaux leaders de l’Opposition. Les candidats présidentiels étant désormais connus, Muzito a repris son bâton de pèlerin pour dissuader ses pairs de l’Opposition. Le samedi 11 août 2018, il a eu un tête-à-tête avec Félix Tshisekedi, candidat présidentiel de l’Udps . Les deux hommes sont plus que jamais unis autour d’une même vision, venir à bout de la pieuvre de l’Est, et d’un seul idéal, l’alternance démocratique.

Par Le Potentiel

Félix-Antoine Tshisekedi (Fatshi), président de l’Udps, également président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop), et le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, leader de la plateforme « Nouvel Élan », tous deux candidats à la prochaine élection présidentielle du 23 décembre 2018, ont, le samedi 11 Août 2018, à la suite de leur dernière rencontre de Bruxelles du 2 Juin dernier, poursuivi leurs échanges sur l’évolution de la situation politique du pays. Les deux hommes ont quelque chose en commun, c’est-à-dire l’alternance démocratique en décembre 2018 pour un nouveau départ de la République démocratique du Congo.

Dans leur entourage respectif, on rapporte que ces pourparlers ont tourné autour du dépôt des candidatures aux élections présidentielle et législatives nationales, à l’exigence de la tenue effective des élections crédibles, transparentes et apaisées à la date prévue dans le calendrier de la Ceni, de la candidature commune de l’opposition ainsi que de la possibilité pour les forces alternatives d’obtenir la majorité présidentielle et parlementaire. Parce qu’il s’agit à terme d’amener toute l’opposition à adhérer à la dynamique d’un candidat commun en vue de la présidentielle de décembre 2018, les deux personnalités se sont engagées à poursuivre leurs discussions.

Front Centre-Ouest pour sauver l’Est

Le front Centre-Ouest se consolide chaque jour qui passe. Le nouvel épisode est ce tête-à-tête Félix Tshisekedi – Adolphe Muzito du samedi 11 aout 2018 ; trois jours seulement après la fin légale des opérations de dépôt des candidatures à la présidentielle du 23 décembre 2018. Avec une vingtaine de candidats alignés à la présidentielle, dont plus de la moitié sont ressortissants du Centre et de l’Ouest, Muzito est conscient de la nécessité de fédérer les forces du changement de ces deux pôles politiques de la RDC en vue de barrer la route au candidat désigné de la majorité au pouvoir, en l’occurrence Emmanuel Ramazani Shadary, ressortissant. Le clivage Est – Ouest – Centre va jouer à la présidentielle du 23 décembre 2018.

Samedi dernier, le sujet a été au cœur des échanges entre Félix Tshisekedi et Adolphe Muzito. Lors de cette entrevue, les deux leaders de l’opposition ont planché autour essentiellement du candidat commun de l’opposition face au dauphin de Joseph Kabila.

En réalité, Emmanuel Ramazani Shadary aura en face de lui le quarto de l’opposition unie pour un objectif commun : obtenir l’alternance au sommet de l’Etat. Un pari qui ne peut réussir qu’à la condition d’unir toutes les forces de l’opposition. Muzito pense que l’opposition commettrait une grave erreur en avançant en ordre dispersé au scrutin présidentiel du 23 décembre 2018. L’alternance démocratique se joue dans l’unité, préconise Muzito.

Des signaux prometteurs sont déjà perceptibles dans l’Opposition. Une tripartite avait mis autour de la table Jean-Pierre Bemba du MLC, Vital Kamerhe de l’UNC et Fatshi de l’Udps. Sans détours, les trois hommes avaient débattu de la question d’un candidat commun de l’Opposition en vue d’augmenter les chances de victoire en décembre prochain. Ce pas supplémentaire s’est ajouté sur plusieurs autres rencontres, notamment entre Fatshi et Moïse Katumbi, leader d’Ensemble pour le changement, entre ce dernier et Jean-Pierre Bemba à La Haye ou encore entre Adolphe Muzito et Jean-Pierre Bemba, toujours à La Haye. Autant d’initiatives qui vont dans le sens de donner davantage de chances à cette opportunité historique de voir la gouvernance du pays changer des mains après 17 ans de règne de Joseph Kabila.

En consolidant le front Centre-Ouest en vue de sauver l’Est de l’instabilité chronique entretenue par l’actuelle majorité au pouvoir, des acteurs majeurs comme Moïse Katumbi et Vital Kamerhe, tout comme Mbusa Nyamuisi, pourront pousser à cette première alternance démocratique avec effet sur le terrain. Muzito et Tshisekedi en sont conscients. Ils s’impliquent à fond pour la réussite de ce projet commun voulu par le peuple congolais.

Des indiscrétions rapportent que, lors de leurs échanges, les obstacles artificiels dressés par le pouvoir en vue d’empêcher tout retour de Moïse Katumbi dans son pays pour l’empêcher de déposer son dossier de candidature à la présidentielle ont été également passés au peigne fin par les deux leaders.

C’est dire que Félix Tshisekedi et AZdolphe Muzito ont en commun un certain nombre de valeurs ; des valeurs autour desquelles ils entendent fédérer l’ensemble des forces du changement en vue de parvenir à un candidat commun de l’Opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018.

D’ores et déjà, dans les rangs de l’Opposition, ça bouge dans le bon sens. Adolphe Muzito y a mis tout son cœur, convaincu qu’en décembre 2018, l’alternance démocratique dépendra aussi de la capacité de l’Opposition à s’unir autour d’un candidat commun. Après Félix Tshisekedi, d’autres leaders de l’Opposition sont inscrits dans l’agenda de Muzito pour des entretiens en tête-à-tête.

 Dans l’attente d’un communiqué de l’Opposition

Apparemment, Adolphe Muzito ne prêche pas dans le désert. Preuve que l’Opposition s’active pour arrondir ses angles en vue de parvenir à une candidature, des sources concordantes annoncent que quatre principaux leaders de l’Opposition, à savoir Jean-Pierre Bemba du MLC, Vital Kamerhe de l’UNC, Moïse Katumbi d’Ensemble pour le changement et Félix Tshisekedi de l’Udps se préparent à rendre public un communiqué par lequel ils vont fixer l’Opposition sur la participation de l’Opposition au processus électoral.

Les entraves posées par le pouvoir en place pour empêcher le retour en RDC de Moïse Katumbi et les inquiétudes que suscitent l’usage de la machine à voter et l’existence d’un fichier électoral corrompu devrait être abordés dans cette déclaration. Ils ne manqueront pas aussi de baliser la voie pour un candidat commun de l’Opposition.

C’est ce qu’a révélé au site d’informations en ligne, actualite.cd, un proche de Vital Kamerhe. « Les quatre leaders de l’opposition (Katumbi, Tshisekedi, Kamerhe et Bemba) ont initié un communiqué qui sera signé incessamment par tous les candidats de l’opposition. C’est le moment de marquer la solidarité entre nous, ils vont condamner ce qui arrive à Moïse Katumbi parce qu’il est empêché de rentrer pour déposer sa candidature et nous allons donner un point de vue commun sur le processus en cours », a dit ce proche du président de l’UNC.