Un baobab s’écroule

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est une vraie perte pour l’Afrique. L’ancien secrétaire général des Nations unies est décédé à l’âge de 80 ans. Kofi Annan a joué un rôle très important dans la gestion des crises dans le monde.

Par Le Potentiel

Kofi Annan a été le secrétaire général des Nations unies de 1997 à 2006. Sous son règne, et même après, l’homme a beaucoup milité pour la paix, surtout dans son Afrique natale. Ses œuvres, on s’en souvient encore : c’est par exemple lui qui supervise, en 2006, un accord entre le Nigeria et le Cameroun au sujet de la péninsule pétrolière de Bakassi, au cœur d’un long différend entre les deux pays. C’est encore lui qui a réussi le pari d’éteindre le feu, en 2008, de la crise postélectorale kényane. Il s’est également impliqué dans la résolution de la crise congolaise (RDC), la crise bosniaque ; il s’est opposé à l’invasion américaine de l’Irak.

Le Ghanéen savait percer là où certains esprits hésitaient. Homme de conviction et de dialogue, c’était un grand diplomate sur qui l’humanité pouvait compter surtout lorsqu’il s’agissait de mener des négociations autour de dossiers brûlants.

Lors de pourparlers, M. Annan « savait parler avec franchise », en vue de retrouver la paix dans une région en conflit et le rapprochement des peuples ennemis. C’était donc un homme épris de paix.

Quoiqu’il en soit, Kofi Annan était donc une icône et une étoile brillante pour le continent africain, même si certains épisodes de sa carrière restent sombres et lui collent à jamais à la peau comme, par exemple, le génocide rwandais de 1994.

Pour le continent noir, particulièrement, la disparition de l’ancien secrétaire général de l’ONU reste une énorme perte et laisse à jamais un vide qu’on ne saura combler de sitôt. D’aucuns estiment que Kofi Annan reste «le meilleur secrétaire général de l’histoire des Nations unies» depuis sa création en 1947. C’est donc un baobab qui vient de tomber.