Ebola : après l’usage de la molécule Mab 114, quatre molécules thérapeutiques approuvées

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les autorités médicales congolaises ont approuvé l’utilisation de quatre molécules thérapeutiques expérimentales supplémentaires, à savoir ZMapp, Remdesivir, Favipiravir et Regn3450 – 3471 – 3479 pour lutter contre la maladie à virus Ebola au Nord-Kivu et en Ituri.

Par Hervé Ntumba

«Les équipes de prise en charge et de recherche des centres de traitement d’Ebola (CTE) pourront ainsi utiliser ces molécules pour le traitement des patients contaminés par la maladie à virus Ebola.

Les protocoles d’administration de ces molécules répondent à des conditions strictes liées notamment à la condition du patient, la facilité d’utilisation du traitement et la capacité de l’équipe médicale du CTE », a annoncé le ministère de la Santé publique dans sa note d’information du 21 août 2018.

Déjà le 13 août, les équipes de prise en charge des CTE à Beni et Mangina avaient commencé à utiliser la molécule thérapeutique Mab 114. Ce traitement découle de recherches faites par le professeur Jean-Jacques Muyembe sur le sérum d’un survivant de l’épidémie d’Ebola à Kikwit en 1995. C’est la première molécule thérapeutique contre le virus à être utilisée dans le cadre d’une épidémie d’Ebola active en RDC.

Mardi 21 août 2018, le Remdesivir, produit par Gilead Sciences, a été administré à une patiente traitée toujours au CTE de Beni, qui se porte bien. Selon les informations du ministère de la Santé publique, le MAb114 a commencé à être utilisé depuis le samedi 11 août 2018. Il a été administré à 10 patients qui connaissent une évolution positive.

Parallèlement, les activités de vaccination se poursuivent sur les trois sites de Mabalako, Beni et Mandima. Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 1 693 personnes ont été vaccinées, dont 903 à Mabalako, 471 à Beni et 319 à Mandima, selon les données officielles.

À ce jour, 102 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 75 confirmés et 27 probables. Ces chiffres peuvent grimper étant donné que neuf cas suspects sont en cours d’investigation. Selon le rapport du 21 août, six nouveaux cas confirmés ont été rapportés dont quatre à Mabalako, un à Beni et un à Oicha.

Ebola : le gouvernement décrète la gratuité des soins de santé

Par ailleurs, le gouvernement congolais a décidé de la gratuité des soins de santé dans toutes les structures sanitaires de l’État de la ville et du territoire de Beni au Nord-Kivu. Selon le maire de la ville, Nyonyi Bwanakawa, cette mesure est prise afin de faciliter à la population l’accès aux soins de santé pour faire face à la maladie à virus Ebola.

« Le gouvernement congolais a voulu compatir avec la population de la ville et du territoire de Beni et principalement les populations de trois zones de santé, à savoir Beni, Mabalako et Mandina. »

Cette mesure couvre une période de trois mois et devra être d’application dès le 20 août, a-t-il précisé. Avant de poursuivre : « Le gouvernement de la République a décidé qu’au niveau de ces trois zones de santé, les soins de santé soient complètement gratuits à partir de tous les examens qui peuvent être faits ainsi que les produits pharmaceutiques. Il est à noter que cette gratuité concerne uniquement les structures officielles. La durée, c’est pour une période de trois mois à partir de ce lundi 20 août 2018. »

Auteur de l’article : ntambwe