Tempérer le langage

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Les élections de décembre 2018 sont un rendez-vous à ne pas rater pour la RDC.

 

Par Le Potentiel

Ces scrutins, déjà retardés depuis deux ans, sont attendus par tout un peuple et la communauté internationale. Tout a été investi pour l’aboutissement heureux de ce processus électoral. Tant, l’enjeu de l’alternance démocratique est indispensable pour la survie et la sauvegarde de la jeune démocratie congolaise.

Après la désignation, il y a presque un mois, du dauphin de l’actuel président sortant, toutes les parties prenantes à ces élections devraient s’engager résolument pour la tenue effective de ces scrutins.

Plus rien ne devrait barrer la route au succès de ce processus électoral. L’Etat congolais s’est engagé à financer seul ces élections. Ce qui est normalement un acte de maturité politique pour un pays qui a accédé à son indépendance nationale depuis 58 ans déjà.

Pour les observateurs, le peuple congolais et la communauté internationale devraient redoubler de vigilance pour que rien ne puisse dérailler le train des élections. Ceci impose que la Majorité au pouvoir et l’Opposition politique s’affranchissent de leur guéguerre en privilégiant l’intérêt supérieur de la nation congolaise.

Les leaders de deux camps, ceux de la Majorité et l’Opposition, devraient cultiver la tolérance qui reste une vertu démocratique surtout en ce moment très critique de l’histoire politique de la République démocratique du Congo. La dernière sortie médiatique de Jean-Pierre Bemba sur RFI a été suivie par une réplique d’un cadre du FCC, la plateforme électorale dont le chef de l’Etat est autorité morale. Les joutes verbales et autres invectives par médias interposés devraient être proscrites pour donner la chance à l’atterrissage en douceur du processus électoral qui a connu jusque-là un parcours tumultueux, s’il faut compter tous les morts tombés suite aux différentes manifestations politiques de protestation de l’Opposition.

Le monde entier regarde les Congolais et la RDC qui s’apprêtent à donner sens à leur devoir citoyen de se choisir des dirigeants à tous les niveaux. Les parties prenantes au processus électoral ont le devoir de hisser leur culture politique au plus haut niveau et se refuser à jeter de l’huile au feu pour ne pas envenimer la situation politique assez tendue.

Auteur de l’article : ntambwe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *