Présidentielle 2018: Kamerhe vise le réveil du géant Congo avec un programme quinquennal de 114 milliards de dollars

Partager
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Candidat président de la République, Vital Kamerhe promet de mettre à profit les richesses que regorge la RDC pour la hisser au rang des puissances  mondiales sur le plan économique. Pour y arriver, l’ancien président de l’Assemblée nationale a présenté un programme quinquennal décliné en 20 piliers pour 114 milliards de dollars.

Par Pitshou Mulumba

« La RDC, considérée parmi les pays potentiellement les plus riches du monde, est comptée parmi les plus pauvres à cause de la mauvaise gouvernance ». C’est de ce paradoxe frappant que le candidat de l’UNC à la magistrature suprême nourrit sa vision pour un Congo fort. Vital Kamerhe ambitionne de hisser le Congo au rang des puissances mondiales sur le plan économique. « Le Brésil l’a fait et nous avons de fortes similitudes ; la RDC le fera aussi », a-t-il déclaré vendredi 28 septembre à Kinshasa, lors de la présentation de son programme de gouvernement.

Pour y arriver, l’ancien speaker de la Chambre basse du Parlement promet d’asseoir un leadership responsable au service du peuple et d’investir dans l’homme congolais dans toutes ses dimensions.

La réalisation de son programme chiffré à 114 milliard de dollars pour 5 ans, repose sur un modèle économique d’accumulation de capital simple : la rente du secteur des ressources naturelles, les recettes issues du secteur de Technologies de l’information et de la communication et le fruit de la croissance, lesquels seront induits principalement par la bonne gouvernance et la réduction des dépenses fiscales serviront à financer l’agriculture qui constitue, pour le candidat de l’UNC, le secteur porteur de croissance.

S’appuyant sur les réformes et des mesures contre la fraude, la corruption, l’évasion fiscale, etc., le président de l’UNC croit en l’amélioration du climat des affaires et à la mobilisation des recettes domestiques qui devront passer de 5 milliards de dollars à au moins 11 milliards Usd pour la première année, 16 milliards pour la deuxième année, 20 milliards pour la troisième année, 26 milliards pour la quatrième année et 41 milliards la cinquième année.

Il résume son modèle économique en une simple équation : le développement économique est le fruit de la croissance durable plus la bonne gouvernance et la rhétorique dans nos langues nationales en plus du français. « Ceci permettra à notre population de cerner correctement les contours des actions à entreprendre afin de s’en approprier pour devenir actrice du changement qualitatif de son cadre de vie », a-t-il déclaré.

Son programme est décliné en vingt piliers, à savoir, l’instauration d’un leadership responsable, visionnaire et rassembleur ; la refondation de l’Etat ; la sécurité et la restauration de la paix ; la lutte contre les antivaleurs ;  l’éducation ; la santé ; la jeunesse et le sport ;  la femme ; l’assainissement des finances publiques et la réforme du système bancaire ; l’agriculture ; l’environnement et la lutte contre le changement climatique ; l’eau ; l’énergie non polluante ; les mines et les hydrocarbures ; l’amélioration du climat des affaires et la diversification de l’économie ; l’emploi ; les infrastructures et l’aménagement du territoire ; les logements sociaux ; le social ; la culture et les arts.