La machine à voter est « une chose qui peut rendre la tâche difficile au pays », Koffi Olomide

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

« J’ai sillonné l’Europe, le monde mais je n’ai jamais entendu parler de cet outil des élections. Je ne connais pas cette machine à voter. Pourquoi voulez-vous être pionnier en expérimentant une chose qui peut rendre la tâche difficile au pays? », s’est interrogé le week-end dernier, l’artiste musicien Koffi Olimide dans un entretien sur Digital Congo.

Par Stanislas Ntambwe

De l’élite congolaise à l’« homme de la rue », en passant le politique et la communauté internationale, le débat sur l’utilisation de la machine à voter aux prochaines élections ne laisse personne indifférente en République démocratique du Congo (RDC). La dernière réaction en date est celle de l’artiste musicien congolais, Koffi Olomide qui s’est exprimé pour la toute première fois sur la machine à voter controversée.

Intervenant sur Digital Congo, une chaine de télévision congolaise, Koffi Olomide considère que l’utilisation de cette nouvelle technologie rendrait une tâche difficile au pays.

« Je ne suis pas politicien mais, j’ai l’impression que de milliers de congolais regrettent que je ne sois pas candidat aux élections qui s’annoncent palpitantes cette année, en Rd Congo. D’ailleurs, nombreux sont déçus parce qu’ils attendaient que je postule à la présidentielle, vu mon rang », a-t-il estimé.

Tout en souhaitant que les prochaines élections se déroulent dans un climat apaisé et qu’elles soient transparentes et crédibles, le patron du groupe « Quartier Latin » a en outre, encouragé ses collègues musiciens qui se sont présentés aux législatives tant nationales que provinciales.

« Je souhaite bonne chance à Werrason, Adolphe Dominguez, Didier Lacoste, Jean Goubald, Barbara Kanam, Christian Dakumuda…Vraiment à tous les artistes qui sont candidats députés, vous avez mon soutien », a-t-il dit.

Par ailleurs, l’opposition congolaise dans sa pluralité a, lors de son dernier meeting tenu le samedi 29 septembre 2018 à Kinshasa, réitéré son refus de recourir à la machine à voter pour des élections à venir.