Bukavu: ouverture d’une enquête sur le dépôt d’ossements humains découvert au cimetière de la Ruzizi

Partager
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Le Conseil urbain de la ville de Bukavu a annoncé, mardi l’ouverture d’une enquête en vue de traquer tous ceux qui sont concernés, de près ou de loin, à la spoliation du cimetière de la Ruzizi à Bukavu, dans la province du Nord-Kivu, dans la province du Sud-Kivu (Est de la RDC).

Par Stanislas Ntambwe

« Les gens qui vivent à cet endroit ne respectent plus les cadavres. Pourtant la profanation des tombes est passible d’une peine d’emprisonnement ainsi que l’exhumation des cadavres constitue une autre infraction punie par la loi pénale congolaise », a précisé le maire de Bukavu Meschack Bilubi cité par Congoprofond.net.

La même source renseigne que, lors d’une descente sur le terrain, le lundi 1er octobre 2018, le Conseil urbain a découvert un lot important des ossements déterrés par ceux qui, à la recherche des parcelles, ont envahi le cimetière de la Ruzizi.

« Les occupants illégaux du cimetière de la Ruzizi sont les premiers présumés responsables car, ils déterrent ces ossements et les stockent dans une fosse commune. Parfois, ils vont loin en brûlant ces ossements humains. Ces fosses communes ont une forme de tombe pourtant il s’agit d’un dépôt d’ossements humains », a dénoncé le patron de la ville.

Par ailleurs, le Conseil urbain de sécurité a décidé de procéder à des enquêtes minutieuses pour que les responsables de ces actes ignobles soient punis conformément à la loi. Il est constitué du maire de Bukavu, du procureur de la république du parquet près le Tribunal de grande instance (TGI) de Bukavu, du commandant de la Police nationale congolaise ville de Bukavu, du commandant des Forces armées et d’autres membres.