Kasaï : les refoulés d’Angola dénoncent les tracasseries des services de migration à Kamako

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Des vives altercations ont opposé, ce mardi 2 octobre 2018, les 250 congolais refoulés d’Angola aux services de migration basés au poste frontalier de Kamako, une cité située à 150 Km au Sud de Tshikapa, dans la province du Kasaï.

Par Stanislas Ntambwe

Des fouilles honteuses, des extorsions et autres actes inciviques sont à la base des querelles et disputes observées entre les agents commis à la sécurité au poste frontalier de Kamako et les populations civiles refoulées de l’Angola et qui reviennent dans leur pays d’origine, la République démocratique du Congo (RDC).

Ces refoulés affirment avoir été expulsés de l’Angola comme des « mouches ». Mais curieusement, à leur arrivée dans leur propre pays, ce sont les agents de la Direction générale de migration (DGM), ceux de la Police et de l’Armée congolaise qui leur exigent de l’argent pour traverser la frontière et revenir en RDC.

Des sources locales à Kamako renseignent que, les services congolais commis à la frontière avec l’Angola au Kasaï fouillent les bagages des refoulés et dépossèdent ces derniers de ce qu’ils ont. « C’est inacceptable qu’on nous réduise à l’esclavage dans notre propre pays par les services publics », s’est exclamé un des refoulés.

Les autorités compétentes et hiérarchiques notamment, le gouverneur du Kasaï et le commissaire provincial de la Police devraient s’impliquer pour mettre un terme à ces actes de vandalisme et appliquer la loi contre les auteurs de ces forfaits.