La RDC participe au colloque scientifique international sur le « royaume Kongo » à Brazzaville

Partager
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages

Le cout d’envoi  des travaux de ce colloque  a été donné par  le Premier ministre congolais, Clément Mouamba, au siège du Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza,  en présence des membres du gouvernement, du corps diplomatique ainsi que d’éminentes personnalités du monde scientifique et universitaire.

Le maire  de Brazzaville, hôte de l’événement, a, dans son mot de bienvenu, souhaité un fructueux séjour aux différentes délégations venues prendre part à ces assises. Il a, en outre, salué cette initiative du Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza en collaboration avec l’Université Marien Ngouabi de cette ville.

La vice-ministre angolaise de la Culture, Maria da P. de Jesus, a remercié les organisateurs d’avoir associé son pays à ce forum de haute portée scientifique et historique. Elle a fait savoir que l’histoire de l’ancien royaume Kongo couvre certains aspects qui ne sont pas encore découverts. D’où la nécessité de pousser la réflexion à travers ce genre de rencontre, avant d’ajouter que les frontières imposées par la colonisation et la traite négrière ont eu un impact sur les populations du territoire Kongo. Face à la problématique culturelle avec d’autres pays du royaume Kongo, son gouvernement, a-t-elle dit, a inscrit, depuis juillet 2017, les vestiges du royaume Kongo au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO, avant d’annoncer que l’Angola se prépare à l’organisation en 2019, de la 4ème Table ronde internationale sur Mbanza Kongo.

Le ministre de la Culture du Congo, Dieudonné Moyongo, a également  salué cette initiative des universitaires congolais pour réfléchir sur le passé  colonial en vue de mieux «nous éclairer sur le  vivre ensemble» des communautés du royaume Kongo. Il a souligné que les peuples ont toujours besoin des repères pour cheminer dans le temps  afin d’accomplir leur destin commun.

M.F. Enzo, représentant de l’UNESCO au Congo et au Gabon, a félicité les organisateurs pour la tenue de ce cadre de réflexion qui met en valeur une partie de l’histoire des peuples qui vivent  ensemble dont les vestiges sont encore présents en République du Congo, en RDC, en Angola et au Gabon. Son organisme, a-t-il affirmé, est très intéressé par ces assises qui, au regard de ses missions, répondent à ses objectifs liés à la science, à la culture et à l’éducation.

La directrice générale du Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza, Belinda Ayessa, a, pour sa part, circonscrit cette rencontre comme un cadre de «fraternité, d’intelligence et de partage».

Le thème de ce colloque, a-t-elle poursuivi, est multidisciplinaire en ce qu’il englobe l’histoire, la sociologie, la philosophie, l’esthétique, permettant aux participants d’exploiter divers aspects à savoir le fonctionnement des institutions du royaume Kongo, la famille, la religion, la conquête des espaces, etc. Il s’agit, a-t-elle conclu, de l’appropriation de «notre passé afin de maintenir la relation avec notre histoire productive et intelligible».

Par La Rédaction