Drame interpellateur

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Le président de la République a décrété trois jours de deuil national en mémoire des victimes de l’accident survenu le samedi 6 octobre sur la nationale n°1, à la hauteur du village Mbuba, dans la province du Kongo Central. Une collision meurtrière entre un camion- citerne transportant du carburant et un camion-remorque, qui a occasionné un grand incendie dans ce village. Le bilan provisoire fait état de 53 morts et 22 corps calcinés.

Des brûlés ont été admis dans quelques hôpitaux du Kongo Central et de Kinshasa. Le ministère de la Santé publique prévient que le bilan peut s’alourdir au regard des graves brûlures de certaines victimes. Il faut attendre l’issue de l’enquête pour déterminer les circonstances de l’accident et les éventuelles responsabilités.
L’accident de Mbuba est un drame qui interpelle. Aux premières heures du drame, ce sont des secours de fortune qui ont pu acheminer des brûlés vers des centres de santé les plus proches pour des soins appropriés. C’est ce qui arrive d’ailleurs à chaque fois que survient un accident aussi bien à Kinshasa qu’à l’intérieur du pays. Autre constat malheureux : il n’y a pas un système d’alerte sanitaire digne de ce nom en République démocratique du Congo. La gestion des accidents se fait au pifomètre. À chaque drame, les dirigeants tentent de faire ce qu’ils peuvent juste pour s’en laver les mains. Comment comprendre qu’un pays de plus de 70 millions d’habitants ne dispose pas d’un système d’alerte sanitaire digne de ce nom ? Autant dire que la RDC n’est vraiment pas dirigée. Les dirigeants ont la tête ailleurs plutôt que pour la gestion de la cité. La République démocratique du Congo reste donc un pays à réinventer dans tous les domaines, notamment celui de la santé. D’où l’importance des élections du 23 décembre prochain. Malheureusement, ces scrutins sont aussi piégés. Très peu de Congolais parieraient sur la tenue effective des bonnes élections. Pourtant, c’est la seule alternative pour renouveler la classe dirigeante et remettre le géant Congo sur les rails.

La RDC reste un pays de drame. Hélas. Le pays connaît en ce moment à la fois un drame sécuritaire, humanitaire et social. Au regard des signaux inquiétants du processus électoral, il y a tout à parier qu’un drame électoral plane en décembre 2018.