En partenariat avec le PAM, la RDC met en place une Politique nationale des Cantines scolaires

Partager
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages

Les experts des différents Ministères concernés par le Programme Alimentation scolaire-SABER (de l’anglais : Approche systémique pour améliorer les résultats de l’éducation) et ceux du PAM (Programme alimenatire mondial) ont, en marge de l’atelier de diagnostic des capacités nationales pour la mise en œuvre d’une politique nationale des cantines scolaires organisé, du 18 au 20 septembre 2018, fait la restitution des travaux de ces assises, le lundi 08 octobre.

Par Stanislas Ntambwe

Selon Ahmedoul Bachir, consultant SABER au sein du Programme alimentaire mondial (PAM), il était question, lors de cet atelier, de « réfléchir comment procéder à l’alimentation scolaire à base communautaire ; de diagnostiquer la problématique de l’alimentation dans le système éducatif congolais en vue de mettre en œuvre le système SABER ; arrêter une stratégie des cantines scolaires ; voir comment impliquer les communautés et les parents pour mener à bon port ce projet » ô combien salvateur pour les élèves congolais.

A l’issue de ces travaux de trois jours, a-t-on indiqué, un rapport SABER a été produit et soumis au gouvernement pour sa validation. Les participants aux travaux de l’atelier considèrent qu’en dehors des élèves, tout le corps enseignant devrait aussi être concerné par le programme des cantines scolaires. Cette option a été levée, a confirmé M. Salumu, délégué de l’Association des parents d’élèves et d’étudiants du Congo (ANAPECO). Seulement, à la différence des élèves, les enseignants recevront la ration sèche et non humide comme la reçoivent les élèves.

Parents et communautés invités à s’approprier le projet

En outre, les orateurs ont rappelé l’importance du rôle que doivent jouer les parents d’élèves et les communautés locales qui doivent s’approprier ce programme et stimuler les élèves à en tirer pleinement profit. D’où, la nécessité d’une forte sensibilisation et mobilisation auprès des communautés pour expliquer les bienfaits du système SABER en Rd Congo. Toutefois, les orateurs ont rassuré que l’exécution de ce Projet sera adaptée aux cultures et traditions du milieu où les cantines scolaires seront fournies.

En attendant la validation, par le Gouvernement congolais, du plan d’actions, de la ligne budgétaire et du Rapport SABER, le PAM poursuit avec son plan légendaire des cantines scolaires surtout dans les zones vulnérables.

« Le développement du capital humain passe par une éducation de qualité. Mais aussi, l’ouverture aux services de santé et de nutrition dès le plus jeune âge », a soutenu le représentant du PAM en RDC, Claude Jibidar à l’ouverture des travaux de l’atelier. D’après lui, « cet acteur joue un rôle essentiel dans le développement individuel puis, plus tard, dans la croissance économique, un développement social inclusif et la prospérité des populations ».

Par ailleurs, la mise en place d’une politique des cantines scolaires est en étroite ligne avec l’adhésion de la RDC aux Objectifs de développement durable (ODD), plus particulièrement l’Objectif 2 qui vise l’élimination de la faim et l’Objectif 4 qui vise une éducation de qualité avec la politique de gratuité scolaire, la résorption des disparités dans l’offre ainsi que l’amélioration de l’équité au niveau primaire. Aussi, l’Union africaine (UA) a reconnu l’impact positif des cantines scolaires dans sa 26ème session ordinaire de janvier 2016 et a encouragé les Etats membres à poursuivre leurs efforts dans ce sens.

Les Ministères du Travail ; de l’Agriculture ; de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel ; des Finances ; du Budget et l’ANAPECO ont été mis à contribution pour mener à bon port ce programme ambitieux des cantines scolaires. Par son implication avérée, le gouvernement congolais croit que l’instauration d’une Politique nationale des cantines scolaires jouera un grand rôle dans la protection sociale, l’éducation primaire de qualité et la nutrition des millions d’enfants vulnérables dans les milieux défavorisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *