C’est mal parti

Partager
  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    13
    Partages

Deux pas en avant, un pas en arrière. La démocratie avance à reculons en République démocratique du Congo.

Par Le Potentiel  

Chaque fois, lorsqu’il faut amorcer un grand tournant de l’histoire du pays, l’élite à qui le peuple a fondé tout son espoir s’embrouille, en s’attaquant aux accessoires, mettant de côté des vrais problèmes.

La preuve ? La rencontre, ce mercredi 10 octobre, entre le président de la Céni et les candidats président de la République sur la suite du processus électoral s’est terminée en queue de poisson. Et pour cause. Le total désaccord sur la fameuse machine à voter. Selon les esprits avertis, c’est déjà un signe qui peut bien expliquer la suite des événements. Un désaccord qui veut tout dire.

À l’heure actuelle, à quelque deux mois des élections, le peuple congolais n’a qu’un seul vœu : que les élections qui pointent à l’horizon soient organisées conformément à la loi et au calendrier électoral. Le Congolais longtemps meurtri et clochardisé à cause d’un petit groupe de politiciens, n’attend autre chose que les élections démocratiques, libres et transparentes.

Cela étant, le peuple ne peut se permettre de perdre espoir. Les élections que la population congolaise appelait de tous ses vœux, approchent. Toutes les parties prenantes au processus ne peuvent qu’accomplir, chacun en ce qui le concerne, les différentes tâches y afférentes.

Cette fois-ci ou jamais. Le peuple congolais qui continue de croupir dans la misère, espère trouver une issue pouvant lui permettre de vivre dignement comme tout autre citoyen du monde. Déjà mûr, le peuple ne permettra à aucun Congolais ou à un groupe d’individus de continuer à prendre le pays en otage.

Sinon, le sang versé par Patrice Emery Lumumba, Simon Kimbangu, Kimpa Vita, M’zee Laurent-Désiré Kabila et les autres héros n’aura servi à rien.

Et pour que les élections qui seront organisées soient les meilleures possibles, tout le monde doit mettre la main dans la pâte. Les élections ne sont pas une affaire de seul Corneille Nangaa et un groupe de politiciens, candidats président de la République fussent-ils. Tout le monde est donc averti.

2 thoughts on “C’est mal parti

  1. Avancer à reculons ,c’est un pas en avant et 2 pas en arrière. Avancer lentement c’est 2 pas en avant et 1 pas en arrière. Faire du sur place c’est 1 pas en avant et 1 pas en arrière. Vu ?

    1. C’est pitoyable. Mr Nanga, fonctionnaire par défaut, se permet de traiter des cadres aussi valeureux de la sorte. Mais qui il est, quelle éducation a-t-il reçu de ses parents, quel est son niveau d’études, quelle est son expérience professionnelle, quelle est sa religion…
      Qu’il se rappelle de cette petite citation « JUPITER REND FOUS TOUS CEUX QU’IL VEUT PERDRE ».
      Un peu de sagesse et de tempérance, car l’argent seul ne fait pas le bonheur et surtout lorsqu’il acquis dans les circontances présentes.

Comments are closed.