Sud-Kivu: les enseignants décrètent dès ce jeudi « 3 Journées sans enseignants »

Partager
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Les enseignants des écoles officielles et conventionnées du Sud-Kivu ont décidé d’arrêter les cours dès ce jeudi 11 octobre 2018, rapporte Laprunellerdc.info. Ce média d’information en ligne constate que ce jeudi, plusieurs centaines d’entre eux ont organisé un sit-in devant le cabinet du Gouverneur à Nyamoma (Bukavu) pour faire entendre leur voix. On note neuf points parmi les préoccupations des enseignants présentés au gouverneur Claude Nyamugabo à qui ils ont remis leur mémo.

Stanislas Ntambwe

Il s’agit notamment, de « vol à répétition dans les écoles par des bandits armés ainsi que de spoliation des terrains des écoles ; la non adoption de l’Édit portant Création d’un Fonds provincial de soutien à l’éducation au Sud-Kivu ; la non implantation de la Mutuelle de Santé pour les enseignants en province ; l’escroquerie subie par les enseignants de la part des Banques ; la persistance d’un grand nombre d’enseignants non payés et nouvelle unité dans la province ; les détournements des frais de fonctionnement des écoles primaires payés par le truchement de la Caritas ; l’obligation faite aux enseignants de payer la dîme par certains gestionnaires ; le non-paiement de 25.000 FC comme complément des salaires du mois de septembre 2017 ; ou encore l’ingérence des politiciens dans les activités d’évaluation de l’EPSP au détriment des enseignants,… »

Les enseignants brandissent leurs revendications/Photo: Laprunelle

Pour ces enseignants, l’autorité provinciale n’accorde aucune attention à ces maux qui gangrènent le secteur d’éducation en province.

« Nous exigeons la tenue d’une table ronde provinciale sur l’éducation pour trouver une solution durable, seul moyen d’assainir le climat dans le secteur de l’Education. Ne pas tenir compte de cette exigence expose la province à des perturbations durant cette année scolaire 2018-2019, avec toutes les conséquences qui en découleraient et pour lesquelles les Enseignants déclinent leur responsabilité » menacent les enseignants.

Claude Nyamugabo a reconnu qu’il y a certes des problèmes dans ce secteur. Mais, ces problèmes peuvent être résolus au niveau provincial, leur a-t-il dit, mais d’autres ne peuvent trouver des solutions qu’au niveau du gouvernement national. Il toutefois regretté le fait que les enseignants aient décidé de sécher les cours, sans avoir ouvert une brèche de dialogue afin de ne pas préjudicier les enfants.

Le gouverneur du Sud-Kivu, Claude Nyamugabo exhorte les enseignants de reprendre les cours/Photo: LaPrunelle

Le gouverneur du Sud-Kivu a appelé les enseignants de reprendre les cours en attendant que leurs revendications soient examinées  « le plus rapidement possible ».

«Vos revendications sont fondées mais je trouve que la forme n’est pas bonne. Que les enfants ratent d’étudier à cause des problèmes simples qui peuvent être résolus me fait penser qu’il y a autre chose que ce problème. Pour les problèmes qui relèvent de la province, nous allons très rapidement les examiner et vous répondre dans un très bref délai », a rassuré Claude Nyamugabo.

Pour rappel, les trois principaux syndicats (écoles catholiques, écoles protestantes, et officielles) ont appelé à  des Journées d’actions de revendications à partir de ce jeudi 11 octobre 2018. Ils comptent poursuivre avec d’autres actions jusque ce samedi, jour de la clôture de ces trois jours de revendication. Aucun enseignant de ce secteur ne devrait être visible dans les salles de classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *