Francophonie: le lobbying rwandais a porté ses fruits sur la scène internationale

Partager
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages

L’élection la semaine dernière de Mme Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda au poste prestigieux du Secrétaire Générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) avec le soutien de la République démocratique du Congo (RDC) prouve à suffisance que Kigali s’impose sur le plan international.

Dans 24 ans de pouvoir à Kigali, le Président Paul Kagame travaille assidument à placer ses compatriotes dans les organisations internationales. L’élection de Louise Mushikiwabo à la tête de l’OIF vient ainsi élargir à cinq la liste des rwandais bien placés dans les hautes institutions du monde.

Il s’agit entre autres de Patrick Mazimpaka, vice-Président de la Commission de l’Union Africaine; Mme Nsendanyoye, Directeur général adjointe de l’Organisation mondiale du Commerce; Rutayisire, Directeur général adjoint du Fond monétaire international (FMI) chargé de l’Afrique; Donald Kaberuka, Président du Groupe de la Banque africaine de Développement et enfin de Mme Mushikiwabo, Secrétaire générale de l’OIF.

« Pendant que le Président Kagame et ses compatriotes travaillent à la promotion du Rwanda, que faisons-nous en RD Congo ? », s’interroge un activiste Congolais, Me Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho). Ce dernier regrette que
pendant 17 ans de pouvoir du Président Joseph Kabila, celui-ci « n’a pas une vision pour la promotion du congolais et du Congo ». Jean-Claude Katende accuse ainsi Kabila de « faire tourner le Congo en rond pendant son règne, alors que les voisins travaillent et profitent de Congolais. »

« Si nous, nous ne comprenons pas qu’il faut que cette situation change alors nous ne sommes plus de victimes, mais des complices », a estimé le président de l’Asadho.

Godé

One thought on “Francophonie: le lobbying rwandais a porté ses fruits sur la scène internationale

  1. Pendant que le Président Kagame et ses compatriotes travaillent à la promotion du Rwanda, au Congo démocratique, plus souverain que la souveraineté elle-même, on travaille à allonger la liste des « kuluna en cravate », interdits de séjour dans des pays internationaux, qui investissent non au pays mais à l’étranger, incapables ne fût-ce que de donner au « congorais », ou « congolaid » un pain et de l’eau chaque matin, et un pain et de l’eau chaque soir, passés maîtres dans les vols des deniers publics, impunis du sommet à la queue, qui se font des millions sur les dépouilles mortelles de leurs gouvernés qu’ils massacrent à longueur de journée, par la faim, la saleté, l’insécurité, les enlèvements, les emprisonnements politiques, etc., etc. Ils sont incapables de nettoyer la ville et d’en enlever la pourriture, incapable de faire bénéficier au peuple des richesses énormes du pays, pendant que le Rwanda qui en tire des miettes a su bien les gérer pour porter son pays au niveau où ils sont aujourd’hui. Quelle honte. Le petit Rwanda monte, le grand Congo en papier descend aux enfers. Dommage, Que Dieu nous vienne en aide. Kagame est un vrai patriote, et il a su bien gérer la souveraineté de son pays. Pendant que les rwandais montent, les nôtres jurent par leur grand-mère de continuer à descendre jusqu’à disparition.

Comments are closed.