La route du Sud

Partager
  • 18
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    18
    Partages

Les acteurs majeurs des forces politiques et sociales acquises au changement vont se retrouver du 23 au 25 octobre prochain en Afrique du Sud pour échanger sur le processus électoral en cours et les stratégies à mettre en place pour remporter les élections du 23 décembre en vue de l’alternance démocratique, notamment au sommet de l’Etat.

C’est la énième fois que la classe politique congolaise se donne rendez-vous au pays de Mandela pour débattre des grandes questions de l’heure en rapport avec la situation politique. Depuis 2016, l’absence d’élections dans le délai constitutionnel plonge la République démocratique du Congo dans une crise politique voulue par la Majorité au pouvoir.

Bien que tout soit fait pour que les élections aient lieu le 23 décembre, rien ne rassure quant à ce. La Majorité présidentielle fait tout ce qu’elle peut pour tenter de torpiller ces élections et trouver un prétexte pour un éventuel report. Des pièges que l’Opposition a déjà dénichés et entend les contourner. Les élections doivent avoir lieu à cette fin de l’année. Dès lors, l’Opposition scrute toutes les voies possibles pour parvenir à gagner la présidentielle de décembre et remettre le pays sur les rails de l’émergence.

En 2002, alors que la RDC était coupée en quatre morceaux, des leaders tant de l’Opposition non armée que des mouvements armés et le pouvoir en place à Kinshasa se sont retrouvés à Sun-City pour trouver un terrain d’entente afin de réunifier le pays et mettre en place un nouvel ordre politique. L’issue de ces travaux a permis la signature d’un accord pour la réunification de la RDC mais aussi le pacte républicain qui continue de régenter la RDC jusqu’aujourd’hui. Grâce à cet accord de Sun-City, la RDC a pu organiser par deux fois deux cycles électoraux et avoir une stabilité politique ces 15 dernières années.

Le rendez-vous de la semaine prochaine en Afrique du Sud s’inscrit dans le cadre de fédérer les efforts de l’Opposition en vue de parvenir finalement à une candidature commune à la présidentielle et à un programme commun à proposer à l’électorat. À deux mois presque de la tenue de ces élections, l’Opposition met les bouchées doubles pour boucler cette question de candidature unique.