RDC : le FCC en campagne électorale avant la lettre

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Le Front commun pour le Congo (FCC), plate-forme électorale pour le camp de la Majorité présidentielle a annoncé, pour le samedi 27 octobre, un grand meeting au Stade Tata Raphaël, au cours duquel le dauphin du président de la république sortant, Emmanuel Ramazani Shadari, non seulement sera présenté au public kinois, mais aussi prendra la parole.

Par Matshi

On s’attend à une mobilisation tous azimuts des membres de partis politiques qui composent le FCC d’autant que l’ancien ministre de l’Intérieur a eu déjà différents contacts avec des communautés du pays, alors que d’autres, à leur propre initiative l’avaient invité.

Pour beaucoup, la rencontre du FCC du samedi prochain n’est ni plus ni moins une vraie campagne électorale, avant la date de la campagne prévue par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Le Front commun pour le Congo (FCC) soutient le processus électoral et croit dur comme le fer que son candidat, Shadari remportera la présidentielle du 23 décembre, tandis que le meeting populaire du samedi 27 octobre au stade Tata-Raphaël à Kinshasa, sera pour le plébisciter.

A cette occasion, Emmanuel Ramazani Shadari prendra certainement la parole, une première sortie en public depuis qu’il a été désigné candidat président de la République pour le compte du FCC.
Surtout que le président Kabila a déjà préparé le terrain. En effet, Emmanuel Ramazani Shadari a rencontré déjà plusieurs milieux socio-professionnels du pays. Il a, entre autres, était reçu par le chef spirituel de l’Eglise kimbanguiste. Il s’est également rendu dans des pays étrangers sous l’ombre du président Kabila.

Dans ce contexte, il était dans la délégation du président Kabila au sommet de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) à Windhoek, en Namibie, avant de rencontrer les dirigeants de l’ANC en Afrique du Sud.

Pour les observateurs avertis, Emmanuel Shadari est attendu au tournant sur le bilan du régime de son prédécesseur, mais surtout sur son programme du gouvernement, tant on sait que bon nombre de candidats à la présidentielle de décembre prochain ont déjà présenté les leurs, contestés par le clan Kabila.