RDC: lancement de la 5ème édition du concours national de plaidoirie en droit international humanitaire

Partager
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Seize étudiants congolais prennent part, dès ce mardi 23 octobre 2018 à Kinshasa, à la finale de la cinquième édition du concours national de plaidoirie en droit international humanitaire (DIH).

Par Stanislas Ntambwe

Le Ministère congolais de l’Enseignement supérieur et universitaire et en partenariat avec le Comité international de la Croix-Rouge a lancé, mardi 23 octobre à Kinshasa, la phase finale de la 5ème édition du concours national de plaidoirie en Droit international humanitaire (DIH).

Du 23 au 25 octobre 2018, l’Université protestante au Congo (UPC) servira de cadre pour l’organisation de la cinquième édition du concours national de plaidoirie en Droit international humanitaire (DIH) en République démocratique du Congo (RDC). Les seize étudiants qui participent à la phase finale du concours ont été sélectionnés, après avoir passé, avec succès, la phase éliminatoire qui réunissait au total soixante-quatre étudiants.

Les finalistes de cette épreuve représentent l’Université de Goma et l’Université du Rwenzori (au Nord-Kivu) ; l’Université Officielle de Bukavu (Sud-Kivu) ; l’Université de Kisangani (Tshopo) ; l’Université de Kolwezi (Lualaba) ; l’Université Notre Dame du Kasaï (Kasaï-Central) ; l’Université de Bunia (Ituri) ainsi que l’Université de Kinshasa (Unikin).

Pendant trois jours, ils vont mettre en pratique leurs connaissances en DIH en se mettant dans la position de différentes parties (procureurs ou avocats de la défense), au cours d’un procès fictif.

Vue d’ensemble des assistants à la cérémonie de la finale de la 5ème édition du DIH, dans la salle G3 de l’UPC de Kinshasa/Photo: Stanis

Faire connaître et promouvoir le respect le DIH

« L’objectif principal est de permettre à ces étudiants en droit de se familiariser aux questions liées au DIH afin de les aborder avec aisance et d’accroître leur intérêt pour cette matière », a expliqué Claudine Mushobekwa Kalimba, conseillère juridique régionale du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Elle ajoute que, « Ce concours s’inscrit également dans le cadre du renforcement de l’enseignement du DIH dans les universités, ainsi que des relations du CICR avec les milieux académiques ».

L’équipe gagnante représentera la République démocratique du Congo (RDC) au concours régional de plaidoirie en DIH qui se tiendra à Yaoundé, au Cameroun en 2019. A cette occasion, elle affrontera les meilleures équipes d’autres pays de l’Afrique francophone. Garant du Droit humanitaire international, le CICR s’efforce de le faire connaître et d’en promouvoir le respect. Les concours de plaidoirie comptent parmi les nombreuses initiatives prises en ce sens.

L’édition 2018 du concours de plaidoirie en DIH est la 5ème du genre organisée en RDC, après celles de 2010, 2012, 2014 et 2016. Ce concours concerne essentiellement les étudiants de 1ère et 2ème licence des facultés de droit. Il s’agit d’un processus qui a débuté, il y a plusieurs mois au sein de 32 établissements d’enseignement supérieur et universitaire répartis dans huit provinces de la RDC où le CICR exerce ses activités.

La cheffe de la Délégation du CICR en RDC, Christine Chipolla a encouragé les participants à « démontrer d’avoir compris l’esprit des règles, la différence qu’elles peuvent faire dans la vie des victimes, ce qu’elles signifient pour les parties au conflit et notre rôle à tous pour assurer leur application ». « Vous avez passé avec succès l’épreuve de présélection mais, vous allez encore devoir vous surpasser », leur a-t-elle dit.

Par ailleurs, le conseiller administratif du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) qui a ouvert la phase finale du concours, a souligné que celui-ci participe aussi à une plus grande visibilité des établissements de l’ESU, tant au niveau national que régional. Son Ministère encourage vivement les différents participants à donner le meilleur d’eux-mêmes pour, souhaite-t-il, « franchir les frontières nationales et aller défendre les couleurs nationales dans les compétitions qui seront organisées à l’international et faire montre de la parfaite maîtrise par l’étudiant congolais des enjeux autour de cette question cruciale qui touche profondément la RDC ».