Meeting du FCC: Emmanuel Shadary appelle la population de se fier à la machine à voter

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Le candidat du Front commun pour le Congo (FCC), Emmanuel Shadari, a exhorté la population venue assister au meeting à faire confiance à la machine à voter, mode de vote adopté par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).
Par Hervé Ntumba

En s’écartant de l’idée de la campagne électorale, le candidat du FCC a promis de dévoiler son programme de gouvernance la semaine prochaine.

«Nous ne sommes pas venu en campagne. C’était juste pour me présenter à vous. La semaine prochaine nous allons vous communiquer notre projet de société », a-t-il déclaré. Ce meeting a rassemblé des centaines de partisans et membres du gouvernement dont le Premier ministre Bruno Tshibala et le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

Le FCC crie « victoire en avance »

Plébiscité par ses pairs, Emmanuelle Shadari s’est réjoui aussi de l’engouement de la population venue l’écouter. Pour cela, certains membres du FCC présents au meeting se sont montrés rassurant en affirmant que Ramazani Shadari jouit de la confiance des Kinois.

«L’engouement de la population indique déjà que Shadary est accepté. Si vous comparez avec l’événement qui a eu lieu hier (marche de l’opposition), vous comprendrez de quel côté bat le cœur des Kinois », avait déclaré le porte-parole du Gouvernement, Lambert Mende avant le meeting.

Le dispositif sécuritaire a été renforcé, notamment devant le palais du peuple et d’autres lieux périphériques du stade Tata Raphaël où le meeting s’est déroulé.

Les éléments de la police avaient afflué le lieu, en plaçant un camion anti-émeute et deux jeeps placés devant le parlement et au croisement des avenues Triomphal et Huilerie. Selon la police, l’objectif était de faire « zéro mort », comme s’est passé hier pour la marche de l’opposition.

À rappeler que cet événement du FCC est intervenu au lendemain d’une marche pacifique de l’opposition qui a eu lieu dans plusieurs villes du pays afin de s’insurger contre l’utilisation de la machine pour des élections du 23 décembre.