Processus électoral : Nazaire Nkongolo invite l’opposition à des pistes alternatives pour éviter tout report

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le candidat indépendant aux législatives nationales de décembre 2018, Nazaire Nkongolo, propose des pistes pour éviter tout report. Au cours d’un échange avec la presse, il a salué d’entrée de jeu les organisateurs des marches de vendredi (opposition) et samedi (le FCC) ainsi que le professionnalisme de la police nationale pour l’encadrement des manifestants. Cela sans incidents majeurs. Ce qui est pour lui une victoire de la démocratie congolaise.

Par LP

Nazaire Nkongolo n’a pas manqué d’exprimer son désarroi face à l’instrumentalisation de la jeunesse congolaise utilisé par les politiciens de touts bords, mais qui ne prennent pas en compte les besoins réels de la jeunesse. Le candidat indépendant de Lukunga s’est dit fier de la jeunesse congolaise qui prend de plus en plus conscience.

« Face aux enjeux à venir, nous voulons une jeunesse que l’on n’achète pas avec des “présents”, puisqu’elle semble à l’affut de tout ce qui pourrait lui faire oublier ses conditions peu enviable», a-t-il indiqué. Avant d’ajouter, sans revenu et désœuvré,  grande est la tentation de se faire acheter par un t-shirt et autres bouteilles de bière ainsi que quelques centaines de franc congolais en échange d’un soutien à une thèse fallacieuse, porter sa voix à un piètre candidat, ou celui du rejet d’un mode de scrutin choisi par ceux dont le choix est dévolu comme dans les pays d’où nous aurions copié la démocratie.

M. Nkongolo n’est pas allé par le dos de la cuillère pour stigmatiser qu’il appartient au pouvoir en place d’organiser les élections, mais tout doit se faire de manière transparente et apaisée. C’est seulement en cas d’une coalition que l’opposition devient de facto coorganisatrice des élections et aurait, dans ce cas, son mot à dire.

Partant du fait que c’est le pouvoir en place qui organise les
élections en démocratie, nos dirigeants sont libres de faire des choix qui, selon eux, sont plus avantageux et faciles. Si doute il y a à conserver les modalités retenues, l’opposition doit les déterminer de façon probante et éclairer la population, en apportant des preuves tangibles concernant une supposée triche future.

Toutefois, pour lui la jeunesse congolaise qui utilise déjà les réseaux sociaux (Whattsap, Facebook…) peut bien utiliser la machine à voter à condition que les règles soient bien fixées. Il a enfin distribué des cartons à la classe politique. « Le fichier électoral est corrompu. Tout le monde en est convaincu. Comment fait-on pour porter les rectifications d’usage? Apportez-nous des réponses à cela. Faites des suggestions au lieu de passer le temps à faire prendre des risques à nos jeunes », a-t-il martelé pour l’opposition tout en condamnant les hommes du pouvoir qui dilapident l’argent au lieu de venir en aide à nos compatriotes expulsés d’Angola.