Les victimes de l’incendie au marché de la liberté lancent un cri de détresse

Partager
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

Le grave incendie qui s’est déclaré, jeudi 1er novembre soir, au marché de la liberté dans la commune de Masina, dans l’Est de la ville de Kinshasa, a causé des dégâts matériels importants. Selo les témoignages sur terrain, le feu aurait été causé par un court-circuit électrique partant d’une logette du pavillon 11.  

Reportage de Hervé Ntumba

Aucune perte en vies humaines n’a été déplorée. Cependant, toutes les marchandises et autres biens importants qui se trouvaient dans les pavillons 11, 7, 10 ont été complètement calcinés. « J’exerce le commerce de quincaille, je n’arrive pas à expliquer, car tous mes biens sont partis en fumée. Pour cela, je ne sais pas comment fournir des explications auprès de la FINCA qui nous a prêtée de l’argent », se plaint maman Micheline Ntoula, victime de l’incendie.

Selons les témoins rencontrés sur place, les flammes partiraient du pavillon 11 et se sont étendues aux pavillons 7 et 10 à cause du vent chaud qui soufflait très fort. Devant l’ampleur du sinistre, les sapeurs-pompiers étaient intervenus tardivement pour prêter main-forte à la population.

D’autres sources indiquent qu’il y a eu l’arrestation de plusieurs personnes, car ces dernières auraient l’intention de profiter dudit feu pour saccager d’autres marchandises gardées dans différents pavillons, explique un agent de la police trouvé sur le lieu du sinistre.

En dépit d’une forte mobilisation de la population, de certains agents de la sécurité et des voisins, le feu n’a pas été vite maîtrisé.

Il sied de noter que les difficultés liées au trafic sur le tronçon n’ont pas permis les sapeurs-pompiers d’arriver à temps sur le lieu du sinistre pour maîtriser le feu. Mais, ils ont réussi à éteindre le foyer du feu.

« Nous déplorons la manière dont le service anti-incendie de la ville de Kinshasa fonctionne. Les sapeurs-pompiers étaient venus en retard avec une goûte d’eau dans leur véhicule. Mais, l’intervention du véhicule « anti-incendie » de la Monusco a été applaudie, car elle a réussi à éteindre dudit feu », a expliqué, Chico Panzi, témoin de l’événement.

Face à cet incendie, les victimes de l’incendie lancent un cri d’alarme au gouvernement afin de leur prêter main-forte.