Mgr Fridolin Ambongo succède à Laurent Cardinal Monsengwo

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est la rupture dans la continuité. Monseigneur Fridolin Ambongo succède à Laurent Cardinal Monsengwo en tant qu’Archevêque de Kinshasa. On pourrait dire facilement que Monsengwo et Ambongwo, c’est « blanc bonnet, bonnet blanc ». Tant, les deux personnalités ont su résister à toute dérive du régime en place à Kinshasa qui tentait de modifier la Constitution et pérenniser le règne de la dictature pendant cette période trouble. Les deux pères de l’église catholique se sont engagés pour la préservation du pacte républicain issu de Sun-City et surtout contre un troisième mandat du chef de l’État.

LP

La capitale de la République démocratique du Congo a un nouvel Archevêque. Il s’agit de Monseigneur Fridolin Ambongo Basungu, évêque de Bandaka Bikoro et évêque coadjuteur de Kinshasa depuis février 2018. Hier jeudi 1er novembre 2018 dans la matinée, il a été annoncé, au Centre Lindonge à Kinshasa, l’élévation de Mgr Fridolin Ambongo comme archevêque titulaire de l’archidiocèse de Kinshasa. Il succède ainsi à Laurent cardinal Monsengwo qui vient de prendre sa retraite du reste acceptée par le Saint père.

Elevé au rang d’archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo est résolument sur la voie de décrocher le titre de cardinal. S’il plait au souverain, pape veut le nommer Pontife. Le pape François, de le créer à cette fonction. Cette élévation intervient alors que la République démocratique du Congo traverse une crise politique de tous les dangers. Nul ne sait si les élections vont effectivement avoir lieu le 23 décembre conformément au calendrier de la Commission électorale nationale indépendante.

Les parties prenantes au processus électoral se regardent comme des chiens de faïence alors que la Centrale électorale reste contestée par les partis et plates formes politiques de l’Opposition. Tout devra se jouer dans les 50 jours qui restent avant la tenue effective des scrutins devant favoriser une alternance démocratique « pacifique et civilisée ».

L’église catholique a joué un rôle primordial dans la résolution de la crise congolaise avec notamment la conclusion de l’Accord global politique et inclusif de 2016. Jusqu’alors, l’on ne cesse d’espérer que cette situation pourra prendre fin un jour et faciliter les populations à renouveler la classe dirigeante.

Fridolin Ambongo aura la lourde tâche, non seulement de conduire l’archevêché de Kinshasa, mais aussi l’église de la République démocratique du Congo, une fois que le Saint père aura décidé de le créer cardinal. C’est une charge immense que ce serviteur de Dieu aura à porter.

Le nouveau Archevêque de Kinshasa va surement évoluer dans la droite ligne de ce qu’a été le combat de Laurent Monsengwo. Ce dernier a eu le courage de dire haut et fort en 2011 que les résultats des élections ne sont conforme ni à la réalité ni à la justice. Plus tard en 2017, voyant toutes les manœuvres que la Majorité présidentielle manigançait pour torpiller le processus électoral, le cardinal Monsengwo a dit qu’il faut que les médiocres dégagent pour que la justice et la paix règnent en République démocratique du Congo.

Mgr Fridolin est de cette lignée de Monsengwo. Ayant œuvré au sein de la commission Justice et paix de l’église catholique, Mgr Fridolin ne saurait accepter toute compromission. En tant que vice-président de la Cénco, il tient à ce que l’Accord de la Saint-Sylvestre puisse être mise en œuvre intégralement pour favoriser des élections inclusives, crédibles, transparentes et réellement démocratiques. Ce à quoi le pouvoir n’a jamais concédé.

Il n’est pas de doute que Mgr Fridolin Ambongo va poursuivre le même combat pour la tenue d’élections pacifiques et crédibles en RDC mais aussi pour le respect de la Constitution issue du pacte républicain de Sun-City.

Bio-expresse de Fridolin Ambongo

Ordonné prêtre dans sa congrégation en 1988, Mgr Fridolin Ambongo a exercé comme évêque titulaire de Bokungu Ikela en 2004 au Nord de la République démocratique du Congo, l’ancienne province de l’Equateur, en 2008. Il est devenu ensuite administrateur du diocèse de Kole, dans le Kasaï, au centre de la RDC.

Le samedi 12 novembre 2016, l’ex-évêque de Bokungu Ikela a succédé à Mgr Kumuondala Mbimba, après sa mort. Nommé archevêque de Mbandaka-Bikoro, dans l’Ouest de la RDC, dans l’ex-province de l’Equateur, laquelle est frontalière avec la République du Congo/Brazzaville.

Le 6 février 2018, il a plu à sa Sainteté le pape François de le nommer évêque coadjuteur de Kinshasa.

À noter qu’un archevêque coadjuteur est adjoint à l’archevêque titulaire. Il a pour rôle de l’aider à remplir ses fonctions et qui a droit de lui succéder après sa démission ou sa mort.

Après sa nomination au mois de février, Mgr Fridolin Ambongo est arrivé dans la ville de Kinshasa le samedi 3 mars 2018 en provenance de Mbandaka Bikoro.

Le dimanche 11 mars 2018, il a été présenté au public de l’archidiocèse de Kinshasa en la cathédrale Notre-Dame du Congo. C’était lors de la célébration eucharistique de sa prise de possession canonique présidée par le cardinal Laurent Mosengwo. Un bon échantillon des habitants de la ville de Kinshasa y était présent. Dont le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, ainsi que plusieurs ministres du gouvernement central.