Accusé d’être impliqué à la mort de son amante, un nouveau majeur contraint à la clandestinité

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Nouveau majeur et habitant la commune de N’djili, le jeune Péguy Israël vit depuis quelques temps, un des pires moments de sa vie sur terre. Son seul péché : il serait impliqué sur la mort de son amante, morte après avortement d’une grossesse dont il serait auteur. Menacé de mort par le père de feu son amante qui est un haut gradé de l’armée, l’auteur de la grossesse est obligé de vivre en clandestinité.

Le père de la défunte aurait placé des groupes de personnes à travers la ville pour attenter à la vie du jeune homme une fois appréhendé.

« Péguy Israël fuanani est un petit garçon né le 3 janvier 1990 à Kinshasa. Il est détenteur d’un diplôme universitaire en gestion financière. Il a toujours été un enfant calme. Mais avec le temps, il est devenu de plus en plus bouillant. A plusieurs reprises, nous lui avons conseillé d’abandonner sa relation avec la fille de l’officier au risque de se créer des ennuis, compte tenu de l’intolérance qui a toujours caractérisé les parents de son amant. Depuis plusieurs semaines, nous n’avons pas d’informations sur Péguy Israël », a déclaré un proche de la victime sous le sceau de l’anonymat.

D’après certaines sources, l’avortement qui a conduit à la mort de la regrettée Masivi-wete a eu lieu alors que la grossesse n’atteignait que 4 mois. C’était sur proposition de la mère de la défunte qui ne voulait essuyer la honte de suite de cette grossesse accidentelle. Ce, contre la volonté de l’amant qui tenait à tout prix voir son nouveau-né dont le nom avait même été prévu avant sa naissance.

Aux dernières nouvelles, l’amant fugitif aurait déjà quitté le pays pour le Canada, grâce au concours d’un ami de son père après que les parents de la victime ont vendu la parcelle familiale.

O.K.