Lualaba : la ligue des jeunes PPRD exige le départ de Richard Muyej

Partager
  • 32
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    32
    Partages

Pour avoir tenu des propos « injurieux et discourtois » à l’encontre de tous les leaders du PPRD qui animent une cellule d’activité au sein du parti, les jeunes du PPRD/Lualaba ne jurent que par le départ de Richard Muyej.

Par Stanislas Ntambwe

Les jeunes du Parti du peule pour la reconstruction et le développement de la province de Lualaba (PPRD/Lualaba), ne veulent plus du gouverneur Richard Muyej Mangeze Mans comme inter-fédéral de ce parti au niveau provincial.

Pour cause, les jeunes du parti au pouvoir affirment que le gouverneur de Lualaba « s’est entrepris à tenir des propos injurieux et discourtois, mardi 13 novembre en pleine réunion du parti, à l’encontre de tous les leaders du PPRD qui animent une cellule d’activité au sein du parti depuis les provinciaux jusqu’aux communaux ».

Selon Emmanuel Manera, jeune leader du PPRD/Lualaba qui livre cette information, « Depuis ce mercredi matin, en soutien aux jeunes du parti, tous les animateur des comités exécutifs du PPRD/Lualaba depuis les provinciaux jusqu’aux leaders de base ont écrit des lettres de démission et exigent aussi le départ du gouverneur Richard Muyej du PPRD/Lualaba ».

« N’attendons pas, prévient-il, voir les jeunes du parti brûler des pneu devant le siège pour savoir que les choses sont sérieuses. A bon entendeur salut… ».

« Nous ne sommes pas un marche pieds du gouverneur Richatrd Muyej ou de qui que ce soit qui veut se permettre de nous tenir des propos discourtois et de nous dire comment lui va troubler la quiétude de tous les jeunes membres du PPRD/Lualaba« , ajoute Boufon Fangara, un autre jeune PPRD/Lualaba.

Il fait remarquer que « Le gouverneur Richard Muyej a déclaré la guerre à la jeunesse du parti, alors il aura cette guerre« ,  a-t-il insisté. « Nous ne fléchirons jamais sous les menaces de qui que ce soit et nous allons chasser ce monsieur gouvernorat et il comprendra ce que c’est que la jeunesse. Asafrolayi, walayi-bilayi. Trop c’est trop« , a-t-il conclu.