Meurtre de deux étudiants de l’Unikin/Martin Fayulu accuse la Police d’avoir fait « usage excessif et disproportionné de la force »

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Le président de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecide) et candidat à la présidentielle, Martin Fayulu, s’est choqué par le meurtre de deux étudiants de l’Université de Kinshasa (Unikin), lors des répressions policières. Il estime que la a fait usage excessif et disproportionné de la force, avant de rappeler aux forces de l’ordre et de sécurité, leur mission régalienne.

Hervé Ntumba

Martin Fayulu a condamné le comportement des éléments de la Police nationale congolaise (PNC) pour n’avoir pas joué pleinement leur rôle.

« Je tiens à rappeler aux forces de l’ordre leur mission régalienne », ajoute-t-il. Il accuse la police d’avoir recouru à l’usage excessif et disproportionné de la force. « Ce-ci relève d’un usage excessif et disproportionné de la force et expose, une fois de plus, les carences de l’appareil sécuritaire en République démocratique du Congo », conclut-il.

En l’espace de 4 jours, l’Unikin a enregistré deux  morts à cause du soulèvement des étudiants qui réclamaient la levée de la grève des professeurs. Le premier étudiant touché par balle, lundi 12 novembre 2018, pendant une manifestation pour exiger la reprise des cours, a succombé à ses blessures le jeudi 15 novembre, aux Cliniques universitaires. Le deuxième étudiant a été tué par balle le même jeudi, alors qu’il manifestait sa colère avec les autres étudiants contre le décès du premier étudiant.

Face à cette situation, la police ville de Kinshasa a, dans un communiqué publié vendredi 16 novembre, mis en garde tout agent de l’ordre qui utiliserait les armes à feu pour les interventions sur les sites universitaires.

Selon le Commissariat provincial de la Police, le bilan total de ces événements a fait état, « hormis la mort de ces deux étudiants, de 8 policiers grièvement blessés, 12 véhicules endommagés dont 3 appartenant à la police et 9 aux privés ».