Dr Andrea Bosman : «Les progrès antipaludiques ont cessé depuis 3 ans, c’est inacceptable»

Partager
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

La lutte contre le paludisme est au point mort, affirme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans son rapport annuel publié lundi 19 novembre. Or, 10 des 11 pays les plus touchés par ce fléau sont en Afrique.

« Il faut que les bailleurs de fonds donnent plus, mais il faut aussi que les Etats concernés fassent un véritable effort budgétaire », a affirmé le docteur Andrea Bosman sur RFI. Eu égard à cela, il pousse un cri d’alarme. Au niveau de l’OMS, ce médecin italien coordonne l’Unité pour le diagnostic et le traitement du paludisme.

Quant à lui, l’Afrique est appelé à faire face à cette maladie mortelle, en multipliant de nombreuses stratégies visant à réduire le nombre de décès, car le paludisme est une maladie parasitaire potentiellement mortelle. Transmise à l’homme, par des piqûres de moustiques, le paludisme a causé 445.000 décès en 2016, dont 90% en Afrique, rappelle-t-on.

Hervé Ntumba