Logique jusqu’au bout

Partager
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

Le conclave de sept poids lourds de l’opposition du 11 novembre à Genève s’est achevé par un échec pour les uns, à demi-teinte pour les autres. Puisque a abouti à la désignation d’un candidat unique souhaité. Martin Fayulu. Le candidat président de la République, porte-étendard du rejet de la machine à voter et du ficher électoral corrompu avec lesquels les élections prochaines ne seront ni transparentes, ni crédibles, le décor de la tricherie ayant été planté d’avance avec ces outils.

Moins de 24 heures après sa désignation, deux de sept leaders présents à Genève retirent leurs signatures, se disant avoir été floués, avoir été tombés dans un piège. Pour justifier leur retrait, ils se sont retranchés derrière leurs bases.

Douche froide pour le candidat commun désormais de cinq et non de sept, alors que trois de cinq restants sont pourtant déclarés inéligibles. Non partants. Martin Fayulu pique une sainte colère et accuse les deux autres (Tshisekedi et Kamerhe de moins sérieux, en reniant leurs signatures.

De leur côté, ces deux derniers, accusent non seulement Fayulu, mais aussi Katumbi et Bemba d’avoir un autre schéma, une transition de deux ans. Bien plus, ils se demandent par quelle magie y arrivera-t-il sans avoir gagné l’élection présidentielle irréversible du 23 décembre ?

La Commission électorale nationale indépendante, dont on sait pour qui elle roule, a déjà indiqué que « sans machine à voter, il n’y aura pas d’élections ». Tout le contraire de ce que demande Fayulu.

Ses proches et ses militants qui l’appellent déjà « Monsieur le président », ont annoncé son retour au pays pour ce mercredi 21 novembre, à deux jours du début de la campagne électorale prévue le 24.

Il vient battre campagne avec ceux qui le soutiennent. Mais une campagne pour des élection avec la machine à  voter comme l’affirme la Céni ou une campagne pour une présidentielle mais sans machine à voter ? Ira-t-il jusqu’au bout de sa logique au cas où la Céni ne retirerait pas cette machine ou boycottera-t-il celles-ci pour laisser ainsi le boulevard grandement ouvert au candidat du FCC ? Allez jusqu’au bout de la logique pour faire preuve du courage politique serait souhaitable et preuve du sérieux.