Affaire Tueries massives à Tshikapa: dans sa défense, le caporal Kianza brandit son inconscience

Partager
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Le Tribunal militaire de Garnison de Tshikapa, Chef-lieu de la province du Kasaï, a tenu sa première audience, ce mardi 20 novembre 2018, dans l’Affaire de tueries massives commises, la nuit du samedi 17 à dimanche 18 novembre par un élément des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) au nom de Kianza Ngoma César.

Au cours de l’audience, ce militaire reconnait les faits qui lui été reprochés. Mais seulement, le caporal Kianza dit avoir posé tous ses actes dans l’inconscience absolue. Avec l’aide de ses avocats, il a soutenu qu’il est épileptique et selon lui, ce jour-là, il serait entrain de tirer sur les éléments de la milice Kamuena Nsapu .

Cependant, pour réunir suffisamment d’éléments en vue de se faire une idée exacte de ce qui s’était réellement passé, le Tribunal a choisi d’effectuer une descente sur terrain. Première étape: l’Hôpital général de Tshikapa. Ici, on rencontre un autre élément FARDC, Kingo Kivimba fait une révélation. « Avant toute fusillade, l’actuel prévenu avait frappé à la porte de son collègue l’invitant à aller fumer. Celui-ci, lui a répondu qu’il dormait. Il revient pour la deuxième fois en lui posant la question de savoir où était sa femme ? Du coup, il menace de prendre l’arme pour tuer les gens« , a-t-il relaté. Ensuite, le Tribunal s’est dirigé à la morgue où étaient gardés les corps d’autres victimes.

Et la prochaine audience est prévue pour ce vendredi 23 novembre 2018.

Rappelons que, le présumé Kianza Ngoma, militaire de son état, est arrêté pour avoir tué quatre personnes et blessé huit autre, pour une affaire de jalousie incontrôlée.  C’était le weekend dernier, dans la commune de Kazanla, à Tshikapa (province du Kasaï).

Par ailleurs, le Gouvernement provincial a pris en charge tous les frais funéraires, alors que les familles des victimes réclament que justice soit faite pour les leurs.

Jackie KALEMBA, correspondante à  Tshikapa