Congo-Brazzaville : ce que cache l’imminente rencontre entre le ministre Mboulou et l’ex-rebelle Ntumi

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Du côté du Comité adhoc mixte et paritaire (CAMP), le sujet sur la rencontre entre le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Raymond Zéphyrin Mboulou et Frédéric Bintsamou, dit pasteur Ntumi, se trouve sur toutes les lèvres. Une entrevue tant attendue, qui pourrait intervenir avant le début de l’année 2019.

Le processus de paix dans le département du Pool se poursuit sans anicroche. Après la signature de l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités, le 23 décembre 2017 à Kinkala, l’heure est à l’exécution de celui-ci par la partie gouvernementale et celle du pasteur Ntumi.

Au lendemain de la signature de cet accord, le cessez-le-feu a été perceptible, suivi du ramassage des armes qui a été, selon des experts, un véritable succès. Les près de 10.000 ex-combattants désarmés n’attendent présentement que leur réintégration. Le pasteur Ntumi lui-même, ainsi que les cadres de son parti dissout, le Conseil national des républicains (CNR), sont dans le qui-vive, attendant pour leur réintégration politique.

Il faut le rappeler que le pasteur Ntumi a occupé le poste de délégué général chargé de la promotion des valeurs de paix et de la réparation des séquelles de guerre, entre le 28 décembre 2009 et le 04 avril 2016. Il a été relevé de ce poste placé dans le cabinet du chef de l’Etat au moment où le gouvernement le qualifiait avec force de « terroriste », même s’il est aujourd’hui devenu un partenaire incontournable de paix.

Selon certaines indiscrétions, les questions relatives au statut particulier de Ntumi et de la réintégration socio-politique de ses fidèles compagnons, de la réhabilitation du CNR et de l’intégration dans la force publique de quelques ex-combattants ninjas, pourraient être évoquées.

Les populations du Pool, réduites à néant par la récente guerre du Pool, et qui vivent dans des conditions inhumaines, attendent avec ferveur ce face-à-face entre les deux protagonistes d’hier.

Edmond Bertier BATEBI, correspondant à Brazzaville