Scrutins : mode d’emploi

Partager
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

A 26 jours des scrutions combinés du 23 décembre, la campagne électorale a pris de la vitesse. Le candidat du Front commun pour le Congo (FCC) a déjà pris son bâton de Pèlerin. Première étape Lubumbashi.

D’autres grandes villes de l’ex-grand Katanga, mais aussi Bukavu, Goma sont également sur son agenda. Les autres plate-formes en vue, dont la dernière née, celle du « Camp pour le changement » de duo Tshisekedi-Kamerhe se contentent encore des déclarations sur des chaînes de radio et télévision.

C’est le moment qu’a choisi la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco) a trouvé bon pour élever la voix. C’est elle qui avait piloté les discussions du 31 décembre 2016 ayant abouti à l’accord de Saint-Sylvestre et permis à Joseph Kabila, dont le dernier mandat était arrivé à terme le 20 décembre 2016, de rester encore au pouvoir jusqu’en 2017 et organiser des élections. Celles-ci ont reportées d’une année de plus.

Se voulant toujours l’église au milieu du village, la Cénco a publé, vendredi une déclaration que d’aucuns qualifient de meilleur « mode d’emploi » pour les scrutins du mois prochain, tout en avertissant qu’elle « ne soutient aucun candidat » : « Ne cédons pas au tribalisme, au régionalisme, au favoritisme, à toute forme de clientélisme ».

En embouchant sa trompette, la Cénco estime qu’ « il nous faut (…) des personnes honnêtes et de bonne moralité qui ne s’approprient pas les richesses du pays (…). Attention aux corrompus et aux corrupteurs ».

Les évêques estiment qu’il est encore possible de « trouver un consensus sur l’utilisation ou non de la machine à voter ». Pour couper la poire en deux, elle propose que cette machine ne soit utilisée « que pour l’identification des candidats et l’impression des bulletins de vote » et demande à la Céni « de procéder uniquement au comptage manuel des voix et d’afficher les procès-verbaux dans tous les bureaux de vote et de dépouillement le même jour ». aux de vote et de dépouillement dans tous les bureaux. Autant de recommandations qui touchent à la fois aux candidats, aux électeurs et à la Céni. Comme pour dire : « A bon entendeur … ! ».