Congo-Brazzaville : le 60ème anniversaire de la proclamation de la République célébré avec éclat

Partager
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Le 60ème anniversaire de la proclamation de la République a été célébré le 28 novembre, sous les auspices du président de la République Denis Sassou Nguesso, en présence des corps constitués nationaux et internationaux.

Cette commémoration qui s’est déroulée à la place de la République, ex-CCF, a connu la participation effective d’une foule bigarrée venue des neuf arrondissements de la capitale.

L’événement s’est déroulé en trois étapes. L’auditoire a eu, primo, droit au mot de l’enfant Prinscillat Raïssa Bakala, née le 28 novembre 2017 à son grand-père Ndongo Ekondza, lui né en 1958 qui en a dévoilé le contenu. Dans son message, la fillette d’une année seulement appelle à la prise de consciences des Congolais en ces moments de crise économique. Face aux difficultés que traversent ses concitoyens, elle recommande aux Congolais de « faire montre d’initiatives. »

Le deuxième moment fort a été l’allocution de circonstance prononcée par Firmin Ayessa, vice-premier ministre, ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’Etat, du travail et de la sécurité sociale. Le Vice-premier ministre est revenu sur les circonstances qui ont conduit à la proclamation de la République, tout en définissant cette notion.

« La République, notre République, pour nos aînés, (notre appréhension n’est, du reste, pas différente) est le creuset de la Communauté nationale dont l’âme et l’esprit sont portés vers des valeurs transcendantes d’unité, de travail et de progrès, qui ont pour vocation d’affermir et de perpétuer la communauté nationale ; de consolider et de conforter notre volonté et notre fierté d’être Congolais », a martelé Firmin Ayessa, avant d’ajouter que « l’Unité, travail, progrès : voilà, la République, notre République résumée et synthétisée. Elle est là, sublimée, dans ces trois concepts, dans ce triptyque fondateur au sein duquel le travail tient indubitablement une position cardinale, un rôle pivot ».

Le président de la République, Denis Sassou décorant le footballeur Jonas Mbemba Tostao

A cette occasion, un échantillon de neuf personnes a été décoré par le Président de la République. Il s’agit de : Yves Isaac Ibouanga, ministre à 23 ans dans le premier gouvernement du Président Youlou ; Théophile Obenga, historien, spécialiste de l’Egypte antique ; Daniel Nguebila, inspecteur de l’Enseignement, ancien Préfet du département des plateaux, humanitaire et ancien secrétaire général de la Croix-Rouge congolaise ; Stéphanie Gertrude Mouaya, Directrice des recettes à la Direction générale du Trésor ; Moyo Nzololo (39 ans), enseignante chercheure à l’Université Marien Ngouabi, première femme congolaise agrégée (CAMES) en sciences économiques, session de 2018 ; Fila Nzololo, femme d’affaires, basée entre Singapour et Monaco, représentante de la marque Brooks Brothers à Brazzaville; Martin Wacès Diassissoua, styliste-modéliste, diplômé de l’école de couture de Paris ; Bahamboula Mbemba Tostao, ancien international de football, ancien champion d’Afrique Yaoundé 1972 et Tsengué-Tsengué, entrepreneur, inventeur congolais, fabricateur de champignons.

La République du Congo fut proclamée le 28 novembre 1958, à Pointe-Noire, alors capitale politique du Congo, par Christian Jayle, président de l’Assemblée territoriale du Moyen-Congo à 11 heures 30 minutes.

Il s’est prononcé en ces termes : « Messieurs, en vertu des pouvoirs donnés à notre Assemblée par l’article 76 de la Constitution française, j’ai l’honneur de proclamer que le Territoire du Moyen-Congo manifeste sa volonté de devenir un Etat membre de la Communauté. Cet Etat autonome prend le nom de République du Congo ». Le Premier président de la République du Congo fut l’Abbé Fulbert Youlou.

Longtemps placée dans les oubliettes, la date du 28 novembre 1958 n’est pas à confondre avec celle du 15 août 1960 qui marque l’indépendance de Congo.

Edmond Bertier BATEBI, correspondant à Brazzaville